7 novembre 2007: quand un vote en commission torpillait le futur gouvernement Leterme

L'histoire est-elle en train de se répéter ? L'avenir du gouvernement Michel se joue peut-être ce mardi après-midi en commission des Relations extérieures au sein de laquelle les députés débattent de la position belge sur le fameux Pacte de l'ONU sur les migrations. Un vote pourrait être requis à la fin des débats ce qui pourrait avoir comme conséquence une fracture au sein de la majorité de Charles Michel. On le sait, la N-VA ne compte pas voter pour ce texte, et a même déjà commencé à le torpiller publiquement via une campagne de communication sur les réseaux sociaux alors que les trois autres partis du gouvernement (MR, CD&V et Open Vld) y sont favorables. Un vote en commission qui mettrait un grande difficulté un gouvernement ? Il y a comme un air de déjà vu. 

Le "passage en force" flamand du 7 novembre 2007

Depuis le début du mois de juillet 2007, Yves Leterme (CD&V) tente de former une majorité "orange-bleue" constituée autour du CD&V-N-VA, du cdH, du MR et de l'Open Vld. Mais cette formation s'avère extrêmement compliquée car les désaccords institutionnels entre flamands et francophones bloquent toute négociation sur la formation d'une majorité. 

Le 7 novembre 2007, après 150 jours sans gouvernement (record battu), les députés flamands de la majorité déposent en commission de l'Intérieur une proposition de loi : la scission de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Dès le début de la séance et avant le vote, les députés francophones quittent la salle, ils dénoncent le "passage en force des députés flamands"... qui applaudissent le départ des députés francophones. Déjà à l'époque, ce fait politique est qualifié d'historique. Deux semaines plus tard, Yves Leterme est déchargé de sa mission de formateur, c'est finalement Guy Verhofstadt qui met sur pied un gouvernement intérimaire (Open Vld, MR, cdH, PS et CD&V mais sans la N-VA). Yves Leterme attendra mars 2008 pour devenir (enfin) Premier ministre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK