400 "reçus-collés" parmi les 4500 candidats à l'examen d'entrée de médecine: "Tout est à refaire"

Ce vendredi a lieu pendant toute la journée l’examen d’entrée en première année de médecine et dentisterie. C’est une nouveauté: cette épreuve remplace le concours qui, jusqu’ici, avait lieu en fin de première année. Plus de 4500 candidats y sont inscrits et parmi eux, 400 étudiants qui jouent leur sort pour la deuxième fois: les "reçus-collés". Ils avaient déjà réussi une première année de médecine, mais qui ne s’étaient pas classés en ordre utile lors de ce fameux concours.

"Je suis là avec des rhétos… Je dois tout refaire"

Beaucoup d’entre eux, comme Eileen, sont plutôt amers: "On doit le faire parce que c’est ce qu’il faut pour passer au moins en deuxième. Comment je me sens ? Ça m’énerve. Franchement, ça m’énerve de devoir faire ça alors que j’ai réussi mon année. Je suis là avec des rhétos… Je dois tout refaire".

Cet examen ne fait donc pas l'unanimité parmi les étudiants, comme l'explique Quentin Lamellin, président du Comité inter-universitaire des étudiants en médecine: "Cet examen va inéluctablement écarter les gens qui n'ont pas la chance d'avoir fait leur secondaire dans des bonnes écoles. En plus on a vu fleurir des cours de préparation à plus de 1000 ou 2000 euros par semaine, pour remettre les étudiants à niveau: c'est inacceptable. Nous déplorons aussi la situation, au niveau de l'offre médicale, qui tend vers la pénurie. Elle est déjà objectivée dans plusieurs secteurs. Mais on se précipite dans un examen d'entrée qui, scientifiquement, ne tient pas non plus la route. Clairement nous ne sommes pas du tout satisfaits de la tenue de cet examen d'entrée, que nous sommes malgré nous obligés de soutenir en quelques sortes puisqu'il est là avant tout pour garantir un numéro INAMI à tous les étudiants en cours de cursus".

"Une moyenne d’au moins 10/20"

Le stress est évidemment présent: "On a entendu des chiffres comme quoi 10 % seulement pourront réussir, donc évidemment il y a du stress. C’est notre avenir qui est un peu en jeu là..."

Officiellement, "pour réussir l’examen d’entrée, [il faut] obtenir une moyenne d’au moins 10/20 à chacune des deux parties" de l'épreuve, précise le site internet de l'ARES, la fédération des établissements d’enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pour se préparer, Eileen a participé aux cours préparatoires: "J’ai repris mes cours de rhéto, des cours que j’avais déjà faits en médecine parce qu’il y a des matières qui sont bien faites et on travaille non-stop les matières. On n’arrête pas. Pas de vacances. On bosse du matin au soir."

Près de 5000 candidats pour l'examen d'entrée en médecine: comment en est-on arrivé là?

Ce vendredi, c'est le grand jour. Près de 5000 candidats sont attendus au Heysel à Bruxelles pour passer l'examen d'entrée qui leur permettra d'accéder aux études de médecine et de dentisterie dans les universités francophones du pays. Comment en est-on arrivé là ? Quelles ont été les grandes étapes de cette saga ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK