34 blessés, dont 26 policiers, au Bois de la Cambre ce jeudi: "Des faits inacceptables", selon Alexander De Croo

"Les faits du Bois de la Cambre sont inacceptables", réagit vendredi le Premier ministre Alexander De Croo sur le réseau social Twitter, après des émeutes survenues dans ce parc bruxellois qui ont fait 26 blessés, dont trois policiers. "Soutien aux policiers blessés. Je comprends la fatigue face au virus mais les règles sont prises pour une raison. Elles valent pour tous. Les hôpitaux se remplissent. Être solidaire aujourd’hui est la clé de notre liberté demain", a-t-il ajouté.

Alexander De Croo (Open Vld) a dit comprendre que la pandémie de coronavirus en demande beaucoup pour beaucoup de personnes, et pas uniquement aux jeunes. Il souligne également que les règles sont là pour une bonne raison et qu’elles s’appliquent à tout le monde.

Il n’y a aucune justification pour enfreindre les règles

"Il n’y a aucune justification pour enfreindre les règles, en particulier dans une période où nos hôpitaux se remplissent et que les gens du secteur de la santé travaillent jour et nuit pour trouver des lits et prodiguer les soins vitaux."


►►► Coronavirus en Belgique ce 2 avril : pour Yves Van Laethem, "c’est notre comportement d’aujourd’hui qui fera diminuer rapidement ou pas la pression sur les soins intensifs"


Le Premier ministre souligne que l’observation des règles constitue un signe de respect pour les personnes dans les soins. "Et avec la vaccination, cette situation difficile pourra être gérée plus rapidement et l’ensemble des règles pourront être assouplies."

34 Blessés

Ce sont au total 34 personnes qui ont été blessées, dont 26 policiers. Parmi ces derniers, figurent trois membres de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles, dont un a été admis à l'hôpital mais a déjà pu le quitter. Les 23 autres policiers blessés proviennent de la police fédérale et d'autres zones de police de la Région bruxelloise.

Les huit autres personnes blessées sont des participants au rassemblement. "Six d'entre elles ont reçu des soins sur place et deux ont été emmenées à l'hôpital", a précisé Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles.


►►► Lendemain du rassemblement au Bois de la Cambre, des tas de déchets en souvenir de la soirée


Le bilan final fait également état de six véhicules de police endommagés. Cinq voitures ont eu les vitres brisées et les pneus crevés, et le pare-brise d'un camion de la cavalerie policière a été cassé.

 La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles a aussi précisé que les sept chevaux de la police qui ont été blessés doivent être examinés par le vétérinaire.

Une personne citée directement devant le tribunal

 Concernant les interpellations, les forces de l'ordre ont procédé à dix-huit arrestations administratives et à quatre arrestations judiciaires.

Par ailleurs, une personne est citée directement devant le tribunal correctionnel de Bruxelles le 22 avril prochain pour répondre de coups et blessures envers des policiers ayant entraîné une incapacité de travail.  

 Jeudi soir, la police a dû intervenir au bois de la Cambre à Bruxelles pour disperser 1500 à 2000 personnes qui s'étaient rassemblées, à la suite de l'annonce du faux festival musical "La Boum", un canular posté sur Facebook. Des échauffourées se sont ensuite produites.

 

7 images
26 blessés, dont trois policiers, au Bois de la Cambre ce jeudi: "Des faits inacceptables", selon Alexander De Croo © Tous droits réservés
26 blessés, dont trois policiers, au Bois de la Cambre ce jeudi: "Des faits inacceptables", selon Alexander De Croo © Tous droits réservés

L’opposition au conseil communal veut une réunion d’urgence

L’opposition MR et cdH/CD&V de la Ville de Bruxelles a demandé vendredi la convocation en urgence du conseil communal de la Ville de Bruxelles à la suite des débordements.

Pour le chef du groupe MR, David Weytsman, la Ville de Bruxelles aurait dû filtrer les principales entrées du Parc en rappelant, bien avant, que le faux festival n’était évidemment pas autorisé. "En agissant trop tard, elle a mis en danger les promeneurs alors que le Bois de la Cambre doit être un lieu de détente sécurisé pour tous les Bruxellois", a-t-il commenté.

Selon lui, le bourgmestre Philippe Close (PS), avait été prévenu lors du dernier conseil communal de tout faire pour éviter un tel rassemblement de masse et à haut risque. "Nous constatons que l’ampleur de la manifestation a été une fois plus totalement sous-estimée", a-t-il ajouté.

Bilan évitable

Le son de cloche n'est guère différent dans le chef des deux conseillers cdH-CD&V Didier Wauters et Bianca Debaets pour qui le bilan n’est pas anodin et était parfaitement évitable.

"Le bourgmestre Philippe Close, qui a mis la police en danger, doit venir s’expliquer au plus vite par rapport à sa mauvaise gestion de cet événement, qui était pourtant annoncé depuis belle lurette", ont-ils embrayé, eux aussi par voie de communiqué.

Selon eux, le bourgmestre avait été alerté lors de la séance du conseil communal en insistant sur le fait qu’il fallait tout faire pour éviter qu’une foule massive puisse se réunir au mépris des règles sanitaires. "De par sa réponse assez vague, Philippe Close avait déjà trahi des signes d’impréparation ou de manque flagrant d’anticipation", ont-ils critiqué, évoquant une attitude "très passive" du bourgmestre en permettant dans un premier temps à tous les jeunes de se regrouper avant de leur demander d’évacuer les lieux.

Intervenir en amont

Pour Bianca Debaets et Didier Wauters, il aurait fallu "intervenir en amont mettant davantage de moyens pour éviter ce rassemblement tout à fait prévisible. La police n’a eu d’autre choix que d’utiliser la manière forte pour évacuer le Bois de la Cambre. Et certains fauteurs de troubles en ont alors profité pour s’en donner à cœur joie, avec des jets de projectiles qui ont mis la vie de plusieurs personnes en danger."

Le faux festival musical "La Boum", un canular posté sur les réseaux sociaux en vue de tourner en dérision certaines mesures édictées dans le cadre de la pandémie de coronavirus, a mené jeudi après-midi à un véritable rassemblement de 1500 à 2000 personnes selon les estimations de la police locale.

Déploiement policier au Bois de la Cambre, le vendredi 2 avril en fin d'après-midi:

7 images
Autopompes et véhicules de police au bois de la Cambre, à Bruxelles, le 2 avril © Aurélie Fogli RTBF
Bois de la Cambre, à Bruxelles, le 2 avril © Aurélie Fogli
Autopompes et véhicules de police au bois de la Cambre, à Bruxelles, le 2 avril © Aurélie Fogli, RTBF
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK