27 pays interdits sur la liste de la Belgique : qu’est-ce que cela signifie ? Pouvez-vous y voyager quand même ?

C’était un petit passage de la conférence de presse du comité de concertation de ce vendredi. Quelques phrases prononcées par le ministre Frank Vandenbroucke et qui visiblement n’ont pas été tout à fait comprises et ont semé la confusion. Alors, on reprend :

Quelle est la mesure décidée ?

Il est désormais interdit de rentrer sur le sol belge pour les ressortissants étrangers venant de ces 27 pays : le Royaume-Uni – le seul situé en Europe- l’Afrique du Sud, le Botswana, la République démocratique du Congo (RDC), la Jordanie, le Qatar, le Népal, le Brésil, la Bolivie, le Paraguay, l’Inde, l’Uruguay, la Géorgie, le Chili, Trinidad et Tobago, la Colombie, le Bangladesh, l’Ouganda, l’Argentine, le Zimbabwe, l’eSwatini (l’ex-royaume du Swaziland, ndlr), le Lesotho, la Namibie, le Mozambique, le Surinam, le Pérou et le Pakistan.

Le texte est même plus précis : "Pour les non-Belges et non-résidents en Belgique, il y a interdiction d’accès pour les personnes qui se sont trouvées à un quelconque moment au cours des 14 derniers jours sur le territoire d’une telle zone".

Il y a deux exceptions : les diplomates en mission diplomatique et le personnel de transports (les équipages par exemple) qui devront aussi se soumettre à une quarantaine.


►►► A lire aussi : Toutes les mesures du Comité de concertation : beaucoup plus de liberté dès le 27 juin


Quelles conséquences pour les Belges ?

Si vous êtes Belges et si vous passez par l’un de ces 27 pays ou si vous y vivez, vous pourrez rentrer en Belgique mais devrez observer une quarantaine de 10 jours avec deux tests : l’un dès le 1er jour et l’autre dès le 7e.

Ce sont les mêmes conditions si vous êtes Belge et ne résidez pas en Belgique.

"On a aussi décidé de prévoir les mêmes conditions d’accès aux conjoints et aux enfants des Belges qui voudraient revenir en Belgique depuis ces zones, explique Frank Vandenbroucke, le ministre de la santé. Cela veut dire qu’une personne avec la nationalité belge qui est mariée avec une personne qui n’est pas belge, les deux peuvent rentrer en Belgique mais en respectant la quarantaine et deux tests".

Ce n’est donc pas une interdiction de vous y rendre si vous êtes Belges, même si ces destinations sont vivement déconseillées, en raison de la présence de variants du coronavirus.

A votre retour : quarantaine de 10 jours et deux tests. Un système plus intense de "contact tracing" (recherche des contacts) sera élaboré d’ici la mi-juillet, remontant à davantage que quelques jours.


►►► A lire aussi : France, Italie, Espagne, Grèce : de nouvelles zones en orange ou vert, ce qui va changer pour vos voyages dès lundi


Pourquoi cette mesure ?

Cette interdiction d’accès au territoire belge concernait déjà trois pays jusqu’ici : le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud, qui ont donné leur nom aux variants qui circulent le plus en ce moment (devenus delta, gamma et bêta). La liste a donc été élargie à 24 pays. Ces pays sont à hauts risques en raison de la circulation de ces variants, selon le ministre de la santé. "Aujourd’hui, nous devons bien regarder si nous maintenons les digues grâce auxquelles nous regagnons une liberté suffisamment solide. Cela est lié aux déplacements de voyageurs et le danger d’autres variants", a déclaré Frank Vandenbroucke lors de la conférence de presse.

Une liste en évolution

Cette liste de pays est évolutive. Les comités d’avis (le RMG, le Risk Management Group et le RAG, le Risk Asssessment Group) sont chargés d’évaluer la situation des pays étrangers une à deux fois par semaine. Ils peuvent revisiter cette liste de manière fréquente. C’est alors la Conférence Interministérielle de la santé qui décide. La ministre de l’intérieur peut ensuite adapter la réglementation.

Quand cette mesure entrera-t-elle en vigueur ?

Cette liste de pays doit être activée par un arrêté ministériel qui est pris par la ministre de l’intérieur Annelies Verlinden. Dès la publication de l’arrêté, la mesure entrera en vigueur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK