27 anciens collabos belges bénéficient de pensions payées par l'Allemagne, la Chambre veut légiférer

Le problème n’est pas neuf mais le Parlement souhaite le régler. Pour la première fois, en commission des relations extérieures de la Chambre, les députés débattront d’une résolution visant à abroger le régime des pensions octroyées aux anciens collaborateurs belges (ou à leur ayant droit) qui ont combattu au sein de l’armée d’Hitler durant la deuxième guerre mondiale.

"Ils touchent une pension militaire suite à un décret pris par Hitler. Hitler a en fait considéré ces combattants comme des citoyens allemands, et donc ils touchent une pension comme les militaires allemands", expliquait Pieter Paul Baeten, président du Groupe Mémoire, à la RTBF en mai 2016.

Aujourd’hui plusieurs questions se posent : combien de personnes résidant en Belgique perçoivent encore cette pension ? Quelle est l'ampleur de la problématique ? Pourquoi l’État belge ne peut-il pas agir ? Est-il possible de la supprimer ?

27 Belges touchent cette pension d'anciens collaborateurs  

A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, près de 80 000 citoyens belges ont été condamnés pour avoir collaboré avec le régime nazi. Plus de 70 ans plus tard, il est difficile de savoir qui touche encore cette pension.

Selon l'Ambassadeur allemand à Bruxelles, entendu à la Chambre cette après-midi, ils seraient 27 collaborateurs ou ayant droit en Belgique qui bénéficient toujours d'une pension médicale, payée par l'Allemagne et exonérée d'impôts. L'Allemagne ne peut toutefois donner les noms des bénéficiaires en raison de la législation sur la vie privée. Ces sommes échappent donc au fisc et ne sont donc pas prises en compte dans le calcul des revenus imposables.

Objectif : mettre fin à ce régime de pensions

L'un des objectifs de la proposition de résolution présentée à la Chambre est d'exiger au gouvernement allemand de mettre fin à ce régime de pensions accordées aux anciens collaborateurs. Comment ? En demandant l'abrogation des décrets allemandes encore en vigueur. L'autre point qui sera débattu cette après-midi est d'exiger la liste des bénéficiaires ainsi que les montants.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK