24 Belges changent de prénom chaque jour, à chacun sa raison

Ils étaient 4.624 en 2018. 4.624 Belges à avoir changé de prénom, c'est près de 3.000 de plus que l'année précédente (1641). La raison? Une procédure administrative assouplie, les motivations sont multiples.

En Belgique, une personne change de prénom chaque heure, soit 24 mutations prénonymiques chaque jour. Il s'agit de l'effet incontestable de la réforme du 1er août 2018. Depuis lors, il suffit de s'adresser à l'officier de l'état civil de sa commune. S'il n'y voit aucune objection, vous pouvez alors en principe obtenir immédiatement un nouveau prénom. Coût de l'opération, entre zéro et quelques centaines d'euros, en fonction de votre commune de résidence. Auparavant, une telle demande nécessitait l'intervention du ministre de la Justice et le délai d'attente pouvait parfois atteindre un an et demi.


►►► À lire aussi Testez la popularité de votre prénom avec notre graphique interactif


Des motivations diverses et variées

Une démarche facilitée dans laquelle s'engouffrent de nombreux Belges, avec à chacun sa motivation. Officialiser un prénom jusque-là seulement d'usage, simplifier une prononciation, supprimer ou ajouter un tiret ou encore en finir avec une appellation jugée au mieux ridicule, au pire grossière.

A Mons, on comptabilise une bonne centaine de demandes en l'espace d'un an. "Toutes sans exception ont été acceptées par les services communaux" précise Shahiness Benabdelouahed, la porte-parole de la Ville. "On a des personnes qui estiment que leur prénom prêtent à confusion ou qu'il revêt un caractère ridicule, celles qui ont opéré un changement de sexe, celles qui ont un prénom à consonance étrangère et qui veulent en changer" énumère-t-elle, sans compter ceux, majoritaires, qui n'aiment tout simplement pas leur prénom.

Daisy devenue Elodie, Corinne, anciennement Marie-Corinne

A Schaerbeek, 26 personnes ont engagé cette démarche en 2019. Parmi elles, citons Daisy devenue Elodie, Corinne, anciennement Marie-Corinne, ou encore Mo, diminutif désormais officiel de Mohammed. Des Belges qui symboliquement ont tourné une page de leur vie, allégés des 180 euros réclamés par la commune pour réaliser la procédure. "A ce prix là, on s'occupe de modifier simultanément le prénom sur toutes les pièces d'identité, de l'acte de naissance à l'acte de mariage" souligne Sadik Köksal, le bourgmestre de Schaerbeek faisant fonction.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK