41 victimes, deux disparus et 202 communes wallonnes sur 262 admises au Fonds des Calamités, retour sur la conférence-bilan du Gouvernement wallon

Après les importantes inondations qui ont touché de nombreuses communes en Wallonie, le Gouvernement s’est mis d’accord sur plusieurs mesures destinées à faire face aux conséquences des intempéries, en particulier pour entamer la reconstruction suite aux dégâts engendrés.

202 communes sur les 262 que la Wallonie compte sont déclarées sinistrées et seront admissibles au Fonds des Calamités.

Un commissariat spécial assistera le Gouvernement puisque la gestion des conséquences des inondations devra se faire de façon transversale, impliquant plusieurs départements politiques, en fonction de la répartition des compétences entre départements ministériels et entre niveaux de pouvoirs. Le Premier ministre, Alexander De Croo était associé à la présentation des mesures wallonnes.

2 commissaires spéciaux pour la reconstruction

Le gouvernement wallon a décidé de créer un "Commissariat spécial à la reconstruction". Il sera dirigé par des deux commissaires, Catherine Delcourt et Sylvie Marique. Catherine Delcourt sera spécialement en charge des autorités locales. Elle est actuellement Commissaire d’Arrondissement pour la province de Liège et assiste, voire remplace, le Gouverneur de la province. Sylvie Marique sera en charge des entités régionales. Elle est actuellement secrétaire générale du SPW, le Service Public de Wallonie.

Le commissariat spécial est mis en place pour une durée d’un an, renouvelable. Il sera chargé d’assurer la coordination et la gestion des mesures d’urgence et de reconstruction.

Il formulera des propositions pour assurer un plan de reconstruction dans les communes concernées.

Il fera rapport au Gouvernement wallon chaque semaine et sera sous l’autorité du Ministre-Président Di Rupo. "Cette gestion de crise est une priorité absolue", a déclaré Elio Di Rupo.

202 communes wallonnes admises au fond des calamités

Dès mercredi, le Gouvernement wallon va reconnaître les inondations du 14 au 16 juillet comme calamité naturelle publique.

Le Gouvernement wallon, sur base des rapports météorologiques reçus de l’IRM a communiqué que 202 communes wallonnes seront admissibles au Fonds des Calamités. Au total, la Wallonie compte 262 communes… "Ça vous donne l'ampleur du drame que nous connaissons", a réagi le Ministre-Président wallon Elio Di rupo. 

L’ensemble des 84 communes de la Province de Liège sont sur la liste des communes répondant aux critères d’admission. Même chose pour les 38 communes de la Province de Namur et les 44 de la Province de Luxembourg. S’y ajoutent 18 communes du Brabant-Wallon (Beauvechain, Chastre, Chaumont-Gistoux, Court-Saint-Etienne, Genappe, Grez-Doiceau, Hélécine, Incourt, Jodoigne, Mont-Saint-Guibert, Orp-Jauche, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Perwez, Ramilies, Tubize, Villers-la-Ville, Walhain et Wavre) et 17 communes du Hainaut (Aiseau-Presles, Beaumont, Charleroi, Châtelet, Chimay, Ecaussinnes, Estinnes, Farciennes, Fleurus, Froidchapelle, Gerpinnes, Ham-Sur-Heure-Nalinnes, Les Bons Villers, Momignies Montigny-le-Tilleul, Pont-à-Celles, Sivry-Rance et Thuin).

Par conséquent, les habitants touchés par les inondations dans ces communes pourront bénéficier d’une indemnisation financière de la Wallonie, si elles rentrent dans les conditions d’aide.

L’estimation des dégâts est toujours en cours et ne devrait être terminée que dans plusieurs jours, voire quelques semaines, estime Elio Di Rupo.

41 victimes et deux disparus

Le Ministre-Président annonce aussi qu’un mécanisme devrait être mis en place pour permettre aux entreprises et particuliers de faire des dons aux personnes sinistrées. "Nous aurons besoin de beaucoup, beaucoup d’argent", ajoute le Ministre-Président. A ce sujet, le Premier ministre De Croo a confirmé que le gouvernement fédéral travaillait à la recherche d’une solution légale pour permettre aux entreprises de donner plus d’argent que ce que le plafond actuel permet. Actuellement, ce plafond est de 550.000 euros.

Par ailleurs, le dernier bilan fait état de 41 personnes décédées lors de ces inondations et deux personnes sont toujours portées disparues, a précisé Elio Di Rupo.

Des fonds dégagés

27 millions d’euros ont été dégagés, sur un total de 50 millions, à destination des CPAS et communes pour reloger les personnes sinistrées. Les 23 millions restants seront versés ultérieurement lorsque l’estimation du coût des dégâts aura été affinée. Dans cette première phase, les communes les plus touchées recevront dans chacune deux millions d’euros. Il s’agit de Trooz, Limbourg, Pepinster, Theux, Verviers, Liège, Esneux-Tilff, Chaudfontaine et Rochefort. D’autres communes recevront une aide de 500.000 euros. On parle ici des communes de Aywaille, Comblain, Dalhem, Spa, Olne, Houyet, Walcourt, La Roche-en-Ardenne, Durbuy, Marche-en-Famenne, Hotton, Nassogne, Aiseau-Presles, Ham-sur-Heure, Chatelet, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Tubize, Wavre.

Le Gouvernement wallon dégage aussi une aide financière pour les sociétés de logement de service public. 25 millions d’euros sont prévus. Il s’agit ici d’aider ces sociétés à trouver des solutions de relogement pour les locataires sociaux sinistrés. Sur les 25 millions, une tranche de 15 millions sera versée dans un premier temps. Le reste suivra en fonction de l’estimation des besoins. Par exemple, la Société de logement Logisvesdre la plus touchée par les inondations se voit proposer 4.326.923 euros pour le relogement des habitants de 90 logements évacués.

35 millions d’euros sont destinés aux communes sinistrées et aux gouverneurs pour faire face aux premiers impératifs d’urgence.

Le Gouvernement wallon prévoit aussi d’aider les intercommunales chargées de la gestion des déchets qui doivent faire face à des quantités astronomiques de déchets à gérer. Un budget de 5 millions d’euros est prévu pour ces intercommunales.

Le Gouvernement veut aussi aider les entreprises et les indépendants, en particulier ceux dont les locaux sont inutilisables. 750 containers seront loués pour une période de trois mois pour permettre aux commerces de reprendre leurs activités. Le budget prévu pour cette location est de 3,6 millions d’euros. Un numéro de téléphone spécial, le 1890, est à disposition des entreprises qui ont besoin d’aide, ainsi qu’un site internet, www.1890.be.

Des fonds sont aussi prévus pour lutter contre la pollution aux hydrocarbures. 42.000 tonnes de terres polluées devront être traitées.
 

Au niveau fédéral, des mesures sont aussi prises ou sont en préparation pour faciliter la gestion de la crise. Ainsi, la TVA réduite à 6% devrait, en toute logique, être d’application pour les chantiers de reconstruction des bâtiments détruits lors des inondations.

Le Premier ministre a aussi rappelé les mesures déjà prises par ses collègues ministres fédéraux, telles que la possibilité de chômage technique et les aides aux indépendants.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK