14-18 une guerre, deux mémoires ?

14-18 une guerre, deux mémoires ?
14-18 une guerre, deux mémoires ? - © DIRK WAEM - BELGA

Avec le centenaire de l’armistice, Débats Première se penche sur la mémoire collective. Une mémoire qui parait bien différente au nord et au sud du pays. Ce sont les régions qui sont largement à la manœuvre dans cette mise en scène du souvenir. Les commémorations de l’armistice ne semblent pas commémorer la même guerre entre la Flandre et la Wallonie. Pourtant, les historiens sont assez largement d’accord. La Première Guerre mondiale est un événement qui a concerné l’ensemble de la Belgique (unitaire à l’époque). Les villes et villages wallons et flamands ont connu des massacres de civils, les privations et l’occupation. L’armée belge a défendu le pays depuis Liège jusqu'à Ypres, les francophones et flamands y étaient normalement représentés.

Pourtant, nord et sud vont commémorer l’armistice de manière séparée et avec des accents différents. Le sud du pays va donc largement commémorer ce vécu national, alors que la Flandre axe ses commémorations sur les souffrances de soldats et la nécessité de la paix. Le nationalisme flamand a développé très rapidement un récit alternatif des événements de 14-18 en insistant sur l’injustice subie par les soldats flamands de la part de l’Etat belge. Ce récit, aujourd’hui largement mis en cause par les historiens, est pourtant toujours présent.

Bertrand Henne reçoit autour de la table de "Débats Première" ce mercredi 7 novembre dès 12h30, sur La Première, Laurence Van Ypersele, historienne et professeure à l'UCL et Alain Collignon, historien au CEGESOMA (Centre d'Études et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines).

Donnez-nous votre avis

On attend vos réactions :

  • Par téléphone au 02/737.37.07
  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #Débats1
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK