100 tonnes de pommes de terre wallonnes redistribuées au secteur de l'aide alimentaire

100 tonnes de pommes de terre wallonnes redistribuées au secteur de l'aide alimentaire
2 images
100 tonnes de pommes de terre wallonnes redistribuées au secteur de l'aide alimentaire - © Tous droits réservés

Avec le soutien de la Wallonie, les acteurs du secteur de l'aide alimentaire vont recevoir gratuitement 100 tonnes de pommes de terre pour les redistribuer. L'écoulement, qui débutait mercredi, est coordonné par les services opérationnels du Collège des producteurs (Socopro) via la plateforme Bourse aux dons.

Les 620 points locaux d'aide alimentaire basés en Wallonie pourront recevoir les pommes de terres lavées et conditionnées en filets de 5 à 10 kilos.Les associations intéressées doivent simplement s'inscrire comme "receveurs" sur le site Bourse aux dons et compléter une fiche d'informations. Elles peuvent ensuite réserver la quantité souhaitée auprès de l'un des cinq emballeurs wallons.


►►► À lire aussi : Les frites belges n'ont pas la patate !

►►► À lire aussi : Avec le coronavirus, la patate wallonne est en crise: pourquoi des pommes de terre "primeur" d'Israël en magasin alors?


Les producteurs qui souhaiteraient intégrer ce dispositif peuvent contacter le Collège des producteurs. L'action vise à lutter contre le gaspillage alimentaire d'une part et constitue d'autre part un coup de pouce au secteur de l'aide alimentaire, aussi fortement touché par la pandémie de Covid-19.

La Région wallonne avait annoncé le 10 mai dernier qu'elle soutiendrait financièrement ces dons aux plateformes de banques alimentaires, à hauteur de 0,25 euro par kilo, dont 0,05 euro/kg pour le producteur, 0,15 euro/kg pour l'emballeur et 0,05 euro/kg pour le soutien à l'organisation de transports groupés pour les associations et plateformes de dons se situant à plus de 50 km aller-retour du site de l'emballeur.

"Entre 500 et 750.000 tonnes de pommes de terre risquent de ne pas trouver d’acheteur", résume Pierre Lebrun (FIWAP). Notre pays, "super exportateur" de frites paie le prix fort de la crise.