10 m2 de trop pour l’extension de la maison du roi Philippe sur l’Ile d’Yeu font bondir les habitants du coin

Le quotidien Ouest-France en a fait ses choux gras il y a deux jours. Le sujet anime probablement les conversations des habitants de l’île d’Yeu, en Vendée. C’est sur cette île que le roi Philippe possède une résidence pour laquelle il a souhaité construire une annexe pour ses services de sécurité. Au nom de l’intérêt général, une dérogation a été accordée par la Préfecture, puisque ces travaux devaient se faire en zone naturelle. Mais sur place, cela suscite de l’incompréhension.

Interpellation au Conseil municipal

L’île d’Yeu, l’une des plus belles îles de France est aussi une des destinations préférées de la famille royale belge, qui y part régulièrement en vacances et y possède une résidence. C’est à côté de cette résidence que le Roi a souhaité construire une annexe. Le sujet vient de faire l’objet de discussions au conseil municipal de l’Ile d’Yeu, mardi 27 janvier. Patrice Bernard, membre du groupe M’Yeu Ensemble s’est fait le porte-voix des questions de certains habitants de l’île. "J’ai été interpellé plusieurs fois par des îliens qui me disent que c’est bizarre. Comment cela se fait qu’il y a une maison qui est en construction là-bas ? Ils sont en train de faire une deuxième extension, alors que dans les zones naturelles, on n’a le droit qu’à une extension mesurée de 30 m2 et pas 1 m2 de plus. Vous avez la Loi Littoral qui s’impose sur notre territoire et la Loi Littorale est très stricte", explique Patrice Bernard.

Permis octroyé par la Préfecture. Le Maire n’a pas eu le choix

2 images
Dans liste des décisions publiée le 4 septembre 2020 par la Mairie de l'Ile d'Yeu, figure la décision favorable accordée à M. Philippe Legrand, domicilié 16 rue Bréderode à 1000 Bruxelles, soit le Palais Royal. © Tous droits réservés

Le permis de bâtir l’extension a été délivré au nom de "Philippe Legrand", le pseudonyme que le roi Philippe utilise lorsqu’il réserve ses vacances sur place. Le permis a été octroyé le 12 août 2020 pour une annexe de 40 m2, à bâtir aux côtés d’une maison située sur la route du Ponant, à proximité de la pointe du But, à l’extrême nord-ouest de l’île. Une annexe de 40 mètres carrés en zone protégée, c‘est en principe interdit.

Le souverain aurait en réalité bénéficié d’une dérogation, possible dans la loi française, au titre de "l’intérêt général" car il est un chef d’État et l’annexe doit abriter ses gardes du corps. Le tout accordé directement par la Préfecture, ce qui a choqué certains habitants.

"On le conçoit comme un privilège. On est un pays de droit, ce qu’on accorde à un, on doit l’accorder à l’autre et là, aujourd’hui, vous avec des îliens qui viennent frapper à la porte et disent, moi je veux la même chose", résume Patrice Bernard, du groupe M’Yeu Ensemble.

L’élu de l’île d’Yeu en fait une question de principe. Cela ne l’empêche pas de trouver la famille royale belge très sympathique et de l’inviter à revenir sur l’île.

 

Sujet JT 01/02/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK