Voici pourquoi le passage à l'heure d'hiver augmente les risques d'accidents

Avec cette veste connectée, le cycliste peut indiquer s'il est sur le point de changer de direction.
Avec cette veste connectée, le cycliste peut indiquer s'il est sur le point de changer de direction. - © BELGA/AFP

Synchronisation des montres, comme dirait Parker Lewis. Dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 octobre 2016, nous procéderons au traditionnel changement d'heure. Pour faire court, à 3 heures du matin, il sera 2 heures. On dort donc une heure de plus.

Mais ce changement peut avoir des effets inattendus. Selon l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), le nombre d'accidents impliquant des piétons augmente de 63% à cette période.

L'obscurité tombe plus tôt et la visibilité des automobilistes est réduite. "Le passage à l'heure d'hiver représente le début d'une période à risque. D'octobre à novembre, le nombre d'accidents corporels impliquant des piétons augmente de 28% pendant l'heure de pointe du soir", explique l'IBSR.

Pour Bianca Debaets, la secrétaire d'État bruxelloise à la Sécurité routière, "il est donc temps d'appeler les piétons et avant tout aussi les automobilistes à redoubler de prudence".

Voir et être vu

Dans ce contexte, un conseil s'impose pour les piétons et les cyclistes : soyez visibles de loin. Et ce à l'aide d'un gilet fluo, d'un bracelet ou de bandes réfléchissantes. Evitez aussi les vêtements sombres. "En effet, avec des vêtements réfléchissants, vous êtes déjà visible jusqu'à 150 mètres tandis qu'avec des habits foncés, vous ne l'êtes qu'à partir de 20 mètres", précise l'IBSR.

Quant aux automobilistes, ils doivent veiller au bon fonctionnement de leur véhicule. Phares en ordre, pare-brise propre et essuie-glaces en état de marche (y compris celui sur le pare-brise arrière) sont indispensables pour garantir la sécurité de tous.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK