Vaccin : vers un "reset" politique

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

La campagne de vaccination n’a pas encore commencé pour le grand public qu’il faut déjà la revoir. Il est urgent de vacciner mais on prend le temps de (re-) voir comment s’y prendre. Ça urge mais pour nos gouvernants rien ne presse apparemment. Il semble que pour beaucoup d’entre eux, il est plus pressant de savoir quelle partie de leur putatif électorat il convient de déconfiner prioritairement.

Regarder ailleurs

La dernière conférence de presse du Comité de Concertation illustre ce décalage dans les priorités. Toute la semaine, il ne fut question que de calendrier de déconfinement, de catégories prioritaires ou d’élargissements de bulles sociales et en fin de compte, comme à chaque fois, c’est Frank Vandenbroucke qui, à son corps défendant peut-être, a gain de cause : on ne touche à rien, la situation sanitaire ne le permet pas. Soit exactement ce que le ministre de la Santé avait annoncé le week-end précédant le Comité de Concertation, au grand dam de ses collègues de majorité.

Cette réunion ministérielle aura finalement plutôt douché les effets d’annonce de certains qu’une population de plus en plus déconnectée.

Mais le plus consternant restera que les chefs de nos différents gouvernements ont complètement éludé la question de l’heure : le retard de la vaccination. Préférant essayer de justifier la non-tenue de promesses intenables.

Arrêtez de râler !

Deux des principaux " tauliers " de notre gestion de la crise donnent à nouveau le ton de la semaine qui s’ouvre : Frank Vandenbroucke et la patronne des experts, Erika Vlieghe.

Le ministre de la Santé reconnaît implicitement le plantage du début de la campagne de vaccination vers le grand public, admettant qu’il faut l’adapter.

Il prévient : les chiffres restent mauvais et pas de déconfinement à prévoir !

Dans la même veine, la présidente du GEMS demande à la population d’arrêter de se plaindre !

Tout cela permet également d’éviter de douloureux débats sur les échecs connus avec les masques, les tests ou le traçage. La responsabilité politique à chaque étape est engagée mais plus d’un an après le début de la pandémie et la gestion erratique de celle-ci, la Commission Spéciale de la Chambre chargée d’éclairer ces manquements n’a toujours pas entendu les responsables politiques !

La vaccination ne peut se permettre d’enregistrer les mêmes échecs de gestion politique.

S’il n’y a pas un reset probant de l’organisation de la vaccination, certains risquent d’assister dans quelque temps un reset douloureux de la classe politique.

 

@PhWalkowiak

Comment accélérer la vaccination? JT 27/02/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK