Vaccin, etc. : la course contre la montre politique de 2021

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Politiquement, 2021 a déclenché de nombreux comptes à rebours. Après le temps de la crise, tant politique que sanitaire en 2020, vient à présent le temps de la contre-offensive. A tous les niveaux de pouvoir, les responsables jouent leur crédibilité, ou ce qui en reste après des années éreintantes dans ce domaine.

Vaccin, vaccin, vaccin

Les autorités jouent gros sur les vaccinations. Gouvernements fédéral et régionaux ont souvent été abonnés aux critiques depuis le début de la pandémie. Plus question de foirer quoique ce soit. La crise politique serait alors à la hauteur de l’échec sanitaire. L’engagement est pris : le pays atteindra le seuil suffisant de vaccinés pour l’automne. Tous les résidents des maisons de repos vaccinés rapidement. La course contre la montre est lancée. Course contre le scepticisme également, qui menace toujours. La confiance de la population reste le remède initial que le politique ne peut gâcher.

Ces vaccins constituent le premier pas de l’après-coronavirus qui aura laissé nos économies exsangues et les citoyens quelque peu hébétés. La reconstruction devient dès lors le défi suivant, tant au niveau des entreprises que des individus. Dans quel état retrouvera-t-on les finances publiques ? Les perfusions financières actuelles vont être débranchées. Qui survivra économiquement dans un contexte chamboulé ? Le plan de relance porté là par des ministres PS, Dermagne et Dermine, reste dans les limbes.

Mais aussi…

D’un certain point de vue, la crise sanitaire a permis aux différents gouvernements de masquer leurs errements et leurs divergences internes sur les politiques à mener. En Wallonie, le plan " Get Up Wallonia " se fait attendre. Méthodique, Elio Di Rupo aime prendre son temps mais ce plan crucial représente sans doute la dernière chance wallonne de redressement.

Faute de s’accorder, pressée par les évènements, la pléthorique majorité fédérale a reporté à 2021 les dossiers qui divisent. Et il va bien falloir finir par les aborder !

Le dossier IVG se trouve dans un frigo de la Chambre. Le CD&V veillera à ce que rien ne change. Karine Lalieux (PS) s’y engage : l’aménagement des fins de carrière et la pension à 67 ans (avalisée l’air de rien par socialistes et écologistes) trouveront une solution en septembre. Reste à mettre d’accord patrons et syndicats que tout oppose sur le sujet. La ministre de la Défense promet 2500 engagements pour 2021 à l’armée belge. Le ministre de la Mobilité en promet 2000 à la SNCB. Et pour les deux, un même rythme suivra les années suivantes.

L’air de rien, la Septième Réforme de l’état commence cette année ! On attend avec " curiosité " la large consultation populaire promise sur le sujet.

Haute tension en vue également sur les dossiers nucléaires et climatiques, gérés par les écologistes. La sortie du nucléaire doit connaître une réponse définitive pour septembre également. Il reste dans un registre similaire à mettre en œuvre un plan climat où la Flandre entend la jouer solo.

Et on ne vous parle des questions de sécurité, de Justice, de la Poste, de migration, du survol de Bruxelles, de Nethys, de la taxation kilométrique, d’enseignement, etc. etc.…

Et restera cette question sans réponse, à laquelle kyrielle de Commissions Parlementaires Spéciales évitent de répondre : pourquoi c’est en Belgique que la mortalité due au Covid-19 est proportionnellement la plus élevée du monde, et de loin ? Y a-t-il des responsabilités particulières à épingler ?

Pas sûr que 2021 apporte une réponse officielle.

@PhWalkowiak

 

 

JT du 03/10/2020: Vote de confiance de la Chambre au nouveau gouvernement De Croo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK