Une retraite si stratégique

Une retraite si stratégique
Une retraite si stratégique - © Tous droits réservés

La question de l’âge de départ à la retraite est un point stratégique de la campagne. Elle a d’ailleurs rebondi en Flandre. Je vous disais hier que la succession de duels organisés au nord et au sud allait rythmer la campagne, c’est ce qu’il s’est passé hier en plein direct hier à Terzake, l’émission politique de la VRT. Débat entre Bart De Wever, président de la N-VA, et John Crombez, président du sp.a. Le socialiste accuse Bart De Wever de vouloir encore relever l’âge légal de la retraite, âge qui vient d’être relevé par le gouvernement à 67 ans. Bart De Wever nie. Il fait non de la tête. Il répond qu’il ne veut pas relever l’âge légal de la retraite au-delà de 67 ans, mais plutôt l’âge effectif, réel de départ qui est plus bas aujourd’hui à peu près 60 ans. Là, scène frappante : John Crombez sort le programme de la N-VA et lui montre que oui, il y a bien un passage qui dit que le report de l’âge légal doit être envisagé en lien avec l’augmentation de l’espérance de vie.

J’ai bien lu mon programme lui répond De Wever. Mais il est bien obligé d’assumer, l’âge légal de départ à la retraite va devoir être augmenté dans les prochaines années.

« Niet ! » dit Theo Franken

À la N-VA, tout le monde n’était pas vraiment au courant du programme. Theo Francken durant le débat a tweeté : « Nous n’allons pas augmenter l’âge de la retraite ! » avec un niet en majuscule et répété deux fois ». Theo Francken s’oppose donc à son président de parti. Une valse hésitation qui n'est pas passée inaperçue et qui révèle une rare fragilité de la part de la NVa. Les stratèges nationalistes l'on bien compris. Ils ont de suite lançé une contre offensive sur les réseaux sociaux. Le message officiel est désormais celui-ci : la Nva ne demande d'augmentation de l'age légale pour la prochaine législature, mais c'est par contre une perspective le long terme. 

La N-VA joue gros avec les retraites. Autant elle peut assez facilement assumer la limitation dans le temps du chômage, vu le très faible niveau de chômage en Flandre ce n’est pas très risqué. C’est l’inverse à propos des pensions. Dans une Flandre vieillissante, la question de la pension est majeure. C’est ce que montre notre dernier sondage. 75% en Flandre veulent le retour de l’âge légal de la pension à 65 ans (c’est 80% en Wallonie et 71% à Bruxelles).

L’attaque de John Crombez n’est évidemment pas due au hasard. Le sp.a est en grande difficulté dans les sondages. Il défend, comme le PS, le retour à 65 ans. Vu la popularité de la mesure mesurée dans l’opinion, c’est un atout. C’est aussi un des points où la N-VA risque d’être en porte à faux avec une partie de son électorat. Le Vlaams Belang l’a bien compris et défend lui aussi le retour à 65 ans.

Réactions immédiates

Ce point délicat pour la N-VA a évidemment été exploité par tous ses adversaires. Le CD&V a dit : « avec nous on n’augmentera pas l’âge de départ, mais on ne diminuera pas non plus ». Pour l’Open Vld, ce n’est pas à l’ordre du jour. Groen dit vouloir augmenter les pensions, pas l’âge légal.

Autre réaction à pointer, côté francophone, celle d’Elio Di Rupo qui se demande si « Bart De Wever est tombé sur la tête ». Le PS qui axe lui aussi beaucoup sa communication sur le retour de la pension à 65 ans. C’est un thème porteur donc, un thème symbolique aussi. Puisque ce qui compte le plus pour les finances de l’État, c’est bien l’âge de départ effectif à la retraite.

Bien sûr, l’âge légal influence l’âge effectif, mais les socialistes eux-mêmes quand ils étaient au pouvoir dans les précédents gouvernements ont décidé de mesures pour limiter les départs trop précoces du marché du travail et ont reconnu qu’il fallait travailler plus longtemps pour financer le système.

Si les socialistes montent au pouvoir, l’âge légal de la pension sera évidemment sur la table, mais ce qui est à peu près certain, vu le délabrement des finances publiques, vu la réalité démographique, vu la réalité politique, c’est que l’âge de départ réel, lui, n’est pas près de diminuer.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK