Une majorité sans le PS. Sérieux ?

Pourrait-on se diriger vers une coalition sans le PS au fédéral ? C’est ce qui se dit. Ce qui s’écrit un peu partout ce matin. Le trio MR-VLD-CD&V mettrait toute son énergie à rallier la N-VA comme au temps de la suédoise, mais aussi le cdH et le SPa. La coalition rassemble deux familles et deux partis isolés. Les libéraux en constituent l’axe dominant et le tout fait 77 sièges. Mais attention tout de même, Jean Marie Dedecker élu sur une liste N-VA n’en fait qu’à sa tête. Comptons donc plutôt 76. Une majorité rikrak. Signalons que ce n’est pas la première fois que cette coalition sort des cartons.

Non, sérieux ?

Est-ce vraiment sérieux ? Qui sait ? Depuis 2014 et l’aventure Suédoise, il y a des choses perçues comme pas sérieuse un jour qui ont sérieusement vu le jour le lendemain. Entre ballon d’essai, poker menteur, intoxication, stratégie, diversion, vérification de portes fermées et véritables mise en place d’une approche neuve, c’est trop tôt pour le dire. Il est des manœuvres d’intoxications, qui finissent par intoxiquer leurs commanditaires.

De toute façon pour qu’une ruse fonctionne, il faut évidemment qu’elle ne soit pas démasquée.

La force de la formule c’est qu’elle évite le PS et permet donc de sauter l’obstacle PS-NVA, elle évite aussi Ecolo, et l’obstacle Ecolo-NVA. Son immense faiblesse c’est que pour les francophones elle est encore moins représentative que la Suédoise. Car le MR ayant perdu 6 sièges aux élections. L’ajout des 5 élus cdH ne suffit même pas à compenser. Une coalition ultra-minoritaire côté francophone, et à peine majoritaire au niveau fédéral. Mais une majorité où se retrouvent les deux partis qui gouvernent avec la N-VA en Flandre, et le SPa qui gouverne avec la N-VA à Anvers.

Bref une majorité entièrement tournée autour de la N-VA. Est-ce vraiment sérieux pour le cdH de se lancer là-dedans pour retrouver un projet ? Est-ce vraiment sérieux pour le MR de retenter une aventure ultraminoritaire qui les a laminés ? A priori non. Mais voilà, nous sommes plus d’un an après les élections. Panta Rei, tout coule comme l’espère toujours Bart De Wever.

Une majorité sans le PS est-elle vraiment impossible ?

Non. Techniquement c’est tout à fait possible. Aucun parti n’est d’ailleurs incontournable. Mais politiquement c’est très compliqué. La seule voie qui ne conduirait pas à une situation ultraminoritaire côté francophone sans le PS et le PTB serait d’embarquer Ecolo et MR dans l’aventure. On se retrouve avec des coalitions de type Jamaïcaine où le jaune et noir du drapeau rappellent la N-VA, indispensable à une majorité fédérale. Or marier N-VA et Ecolo sera encore plus complexe que marier N-VA et PS.

Le problème ce n’est pas de se passer du PS. C’est se passer du PS, d’ECOLO et du PTB. Ce qui commence à faire beaucoup. Au bout du compte on aura une majorité très déséquilibrée. Pour chercher de la stabilité on a connu mieux.