Une campagne contre le harcèlement scolaire cartonne en Flandre

Extrait du clip de la campagne #samentegenpesten
Extrait du clip de la campagne #samentegenpesten - © Campagne #samentegenpesten

Comment lutter efficacement contre le harcèlement à l’école? Au nord du pays, une campagne de sensibilisation se déroule durant toute cette semaine. Elle connait un énorme succès, notamment grâce à un symbole affiché sur la main.

La Flandre n’a pas attendu une déclaration de la reine Mathilde pour s’attaquer au harcèlement. Tous les ans, une semaine avant les vacances de carnaval, la campagne "Samen tegen Pesten" (Ensemble contre le Harcèlement), mobilise différents secteurs de la société, que ce soit les écoles, les clubs de sport, les mouvements de jeunesse ou les médias.

Pour cette édition 2018, un symbole particulier est venu renforcer le message : quatre points marqués sur le dos de la main. Ce symbole a été lancé par la chaîne pour enfants Ketnet. Les personnes qui l’arborent montrent ainsi qu’elles soutiennent cette campagne, mais aussi qu’elles ont signé la charte baptisée "Manipest" (un jeu de mot entre manifeste et pesten).

Le texte engage le signataire à tenir quatre engagements: ne pas prendre part au harcèlement, oser en parler autour de soi, n’exclure personne, et prendre la défense des éventuelles victimes.

#samentegenpesten

Vraiment tout le monde s’y est mis : énormément de jeunes, évidemment, mais aussi des artistes, des célébrités, et - sans grande surprise - de nombreuses personnalités politiques. Il faut dire que la campagne est extrêmement bien ficelée : des tas d’activités ludiques et didactiques sont organisées.

Sur les réseaux sociaux, le hashtag #samentegenpesten est actuellement l’un des plus utilisés en Flandre. Et puis, que serait une campagne destinée aux jeunes sans un bon petit tube pour propager le message ?

 

Les enfants adorent, d’autant que le morceau est interprété par l’actrice Tinne Oltmans, qui joue dans la célèbre série pour jeunes, Ghost Rockers, et qui a elle même été victime de harcèlement à l'école. 

Un enfant sur cinq harcelé

En Flandre, un enfant sur cinq est harcelé, à un moment, entre ses 10 et ses 18 ans. Une expérience qui peut engendrer des traumatismes et avoir de lourdes conséquences, aussi bien pour les victimes que pour les harceleurs.

Si une telle campagne ne va évidemment pas résoudre tous les problèmes, elle a au moins le mérite d’unir les jeunes et les adultes dans une action commune et publique.

L’objectif premier reste d’informer les parents et les enseignants, mais aussi et surtout d’inciter les enfants à parler, agir, dénoncer ou défendre.

Les quatre points sur la main viennent leur montrer qu’ils ne sont pas seuls, qu’ensemble on est plus forts. Un symbole qui inspirera peut-être, un jour, l’autre côté de la frontière linguistique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK