Un plateau 100% expertes à la BBC: "So shocking!"

Une nouvelle émission politique de la BBC a suscité l’ire d’une partie du public en raison du profil des invitées : 100% d'expertes féminines.

Cela peut paraître étonnant. Mais l’émission Politics Live, diffusée la semaine dernière, pour la première fois avec un panel de six femmes expertes, parlementaires ou journalistes, a déclenché de vives critiques. Un tollé sur les réseaux sociaux, car certains n’ont pas apprécié qu’aucun homme ne soit présent sur le plateau. Des téléspectateurs ont même comparé la nouvelle émission politique à Loose Women, un show britannique composé de femmes, mais qui parlent plutôt de mode et de maquillage. La vague #metoo semble ne rien avoir changé dans les mentalités.

Mécanismes sociaux de stéréotypage

Si on se penche sur les mécanismes sociaux de stéréotypage, force est de constater que les femmes sont souvent interrogées comme "vox populi" par les médias, pour ce qu’elles ressentent et moins pour leurs compétences. C’est dans le fond ce que disent les internautes vexés de ne pas voir d’homme sur le plateau de la BBC, qui disqualifient les expertes, et disent au présentateur qu’il a carrément été émasculé. Alors qu’un plateau 100% masculin ne choquerait personne. Le premier est dans la norme, le second l’enfreint. Notre éducation nous amène à catégoriser les gens, à leur coller des traits, puis on oublie que ces traits sont une construction. C’est inconscient. Eric Macé, sociologue des médias, dit que stéréotyper quelqu’un c’est avoir le pouvoir, car il n’y a que les dominants qui ont le pouvoir de nommer (les autres subissent la catégorisation, l’étiquette). 

Des stéréotypes bipolaires

Depuis les années 70, les chercheurs ont identifié deux faisceaux de traits. Les stéréotypes masculins riment avec indépendance, force, confiance en soi. Les stéréotypes féminins sont émotionnels, serviables ou gentilles. Les hommes sont supposés diriger leur foyer, aimer le sport, être doués pour la pensée abstraites. Les femmes sont supposées être au courant de la mode, tenir la maison, avoir des talents artistiques. Les stéréotypes, cela ne vous aura pas échappé, sont bipolaires. Ce qui est masculin n’est pas censé être féminin et vice-versa. 

Le stéréotype devient prescriptif

Une femme est censée être plus douce qu’un homme par exemple. Ceci est évidemment faux puisqu’au sein des groupes, les variations sont importantes. Mais le stéréotype lui devient alors très vite prescriptif. Une femme assertive passe moins bien. Ceci explique en partie pourquoi ce plateau de la BBC a été si sévèrement critiqué. Ces femmes expertes incarnent une forme de transgression. Elles ne sont plus invitées à une table d’hommes qui, dans les faits, sont majoritaires. C’est un choix audacieux de la part de la BBC. Dans le fond, ces femmes expertes remettent en question ce à quoi un leader est censé ressembler (homme de haut statut). Mais aussi ce à quoi une femme doit ressembler (gentille, serviable ou pas confiante en elle). D’où l’importance de changer les perceptions. Rappelons enfin que la base de données Expertalia créée par l’AJP, présente des profils de centaines d’expertes à destination des médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK