Un gouvernement, des comptes et les mutinés du diesel

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

L’objectif en 2014 était pour la coalition fédérale un retour à l’équilibre budgétaire, une Belgique apaisée, du communautaire au frigo ou un pouvoir d’achat accru… Entre autres.

En 48 heures, la Cour des Comptes incendie le projet de budget, le ministre des Finances accuse Wallons et Bruxellois de ne pas travailler assez, le ministre de la Défense Nationale (sic) fait l’éloge de l’indépendance flamande et des centaines de citoyens wallons, hors organisation syndicale ou partisane, manifestent contre la dégradation de leur pouvoir d’achat!

Grogne populaire

Création d’emplois et pouvoir d’achat retrouvé… Tel est le mantra du gouvernement fédéral. Pourtant, un mouvement spontané inspiré par la France, vient crier un ras-le-bol de la situation actuelle, comme une colère sourde que personne dans la majorité n’oserait qualifier de politique.

La goutte qui a fait déborder le vase est la hausse du prix du diesel… Une mesure prise discrètement par le fédéral pour financer son "taxshift" sans véritable pédagogie. Depuis son arrivée, l’équipe Michel a été chercher 2,4 milliards de plus dans les poches des automobilistes. Le mouvement actuel reste limité mais en ne se cantonnant qu’ à la Wallonie, il va contraindre le MR à expliquer que le pouvoir d’achat n’a pas été rogné. Pas simple en pleine campagne électorale surtout face à un ressenti parfois irrationnel. Difficile devant le citoyen-électeur de justifier la hausse du diesel ou de travailler jusqu’à 67 ans.

Grogne des comptes

Comme chaque année ou presque, la Cour des Comptes vient dire que le budget fédéral n’est pas crédible. La Cour y dénonce de "sérieuses lacunes" et comme chaque année, on y retrouve des mesures aux effets surévalués. Pour la vénérable institution, il manque plusieurs milliards pour équilibrer les comptes.

La N-VA avait martelé à son arrivée au pouvoir qu’avec elle, le retour de l’équilibre serait une formalité. On sera loin du… compte et le prochain gouvernement aura quelques surprises budgétaires dans les placards.

Mais le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA) a déjà trouvé les coupables : ces fainéants de Wallons et Bruxellois !

Grogne N-VA

Si la Belgique est en déficit, ce serait en effet parce que les francophones de ce pays ne travaillent pas assez ! Il fallait y penser…

Dans un registre similaire, le tout nouveau ministre de la Défense (N-VA) rappelle que son parti garde ses objectifs communautaires et ses souhaits indépendance flamande. Les nationalistes bloquent aussi la signature du Pacte sur la Migration de l’ONU, pourtant promise par Charles Michel.

En fait, face à la (re)montée du Vlaams Belang qui lui reprend très clairement des électeurs, la N-VA en revient à ses fondamentaux : contre les chômeurs wallons, contre les migrants, en faveur de l’identité flamande forte.

 

Mécontentement, mécompte et méforme électorale…

Face à tout cela, c’est l’ensemble de la coalition qui risque de tanguer et ainsi scléroser l’action gouvernementale des derniers mois.

 

@PhWalkowiak

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK