U-Boot : l'épave qui nous rappelle une sale guerre le long de nos cotes

U-Boot : l'épave qui nous rappelle une salle guerre le long de nos cotes
U-Boot : l'épave qui nous rappelle une salle guerre le long de nos cotes - © Tous droits réservés

27 mètres de long, 6 mètres de large, une tourelle, des torpilles qui sont encore dans leurs compartiments. Ce sous-marin est presque intact, seule l’avant, la proue comme dise les marins, est endommagée, il a donc peut-être sauté sur une mine avant de couler. La découverte remonte au printemps, lorsque les scanners sous-marins repèrent une forme inhabituelle par 30 mètres de fond au large d’Ostende. Cet été, premières explorations, dans un périmètre qui reste secret pour l’instant. Il faut dégager le sable, deviner ce qui se cache derrière les algues et les amas de coquillages fixés sur la coque. On imagine bien l’excitation de l’équipe qui a fait la découverte. Nous, quand on a vu les premières photos et les premières vidéos de plongée hier, on a retrouvé notre âme de petit garçon ou de petite fille, on a pensé au commandant Cousteau, au trésor de Rackham-le-Rouge, ou à ces images d’archéologie maritime avec des amphores qu’on remonte à la surface.

Cette découverte a aussi un intérêt historique

Ce n’est pas la première fois qu’on retrouve une épave en mer du nord. On en aurait déjà repéré plus de 300 dans nos eaux territoriales. Pas la première fois non plus qu’on identifie un navire militaire. Mais la plupart du temps ce sont des épaves plus récentes, souvent de la seconde guerre mondiale. Ici on parle d’un U-BOOT de la guerre 14-18. Un navire qui a probablement sombré en 1917 ou 1918. Cela fait donc tout juste 100 ans. D’après les premières observations les écoutilles n’ont pas été ouvertes. Cela signifierait que l’équipage n’a pas pu être secouru. Il y a probablement encore à l’intérieur les corps des 22 membres d’équipages et du commandant de bord.Un siècle après, c’est l’occasion de se rappeler que la côte belge servait de base aux allemands. A Zeebruges, Ostende, Bruges ceux-ci avaient installé des bases sous-marine. C’est de là que partaient les U-boot dont la mission était de couler tout ce qui se passe. Ce qui veut dire les navires civils. Le but était d’isoler et démoraliser les anglais. De couper leur ravitaillement en attaquant systématiquement les cargos. C’était le long de nos côtes, il y a 100 ans. Quand on évoque la sauvagerie des salles guerre en Syrie ou ailleurs, il est pas inutile que chez nous non plus la guerre n’a pas toujours été propre.

Que va-t-on faire de ce sous-marin ?

C’est toute la question. On va mener de nouvelles explorations Trouver le numéro d’identification, peut-être entrer à l’intérieur de l’appareil. Le plus probable et le plus facile serait qu’on laisse ce vestige reposer au fond de l’eau. Ce serait une curiosité pour les plongeurs. Cela resterait une sépulture pour les marins qui sont à bord. Les autorités allemandes vont avoir leur mot à dire, il faudra probablement entendre les descendants de ces marins une fois qu’ils auront été identifiés. Mais on pourrait aussi le renflouer et l’exposer. Il y a un précédent célèbre. A Stockholm le bateau vasa. Un fier et dodu 3 mats qui a sombré le 10 aout 1628 lors de son voyage inaugural, l’architecte avait vu un peu grand, l’eau s’est engouffrée par les sabords. En 1950 les suédois ont sorti ce magnifique bateau qui est maintenant exposé dans un musé. La vase a parfaitement protéger le Vasa les canons, les munitions… Les suédois ont traité l’épave pour stabiliser le bois, et ils ont construit un spectaculaire musée tout autour, c’est l’une des attractions les plus visitées de Stockholm. Est-ce qu’on aura demain un musée U-Boot à Ostende ? C’est une idée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK