Toyota quitte la F1

RTBF
RTBF - © RTBF

Le constructeur japonais Toyota a confirmé son retrait de la Formule 1. Et ce, pour des raisons économiques. Une nouvelle qui tombe donc deux jours après l'annonce de Bridgestone qui ne renouvellerait pas son contrat se terminant fin 2010.

"Toyota a décidé de se retirer de la F1" a expliqué le groupe dans un communiqué, citant "des conditions économiques difficiles". En proie à une forte baisse de ses ventes en raison de la récession planétaire, le premier constructeur mondial continue de compresser ses dépenses, après avoir réduit ses effectifs sous contrat temporaire et fait tourner ses usines au ralenti au plus fort de la crise. 
Toyota avait déjà annoncé en juillet qu'il renonçait à héberger le Grand Prix de F1 du Japon à partir de 2010 sur son circuit du Mont-Fuji (centre), également pour des raisons budgétaires. Le géant nippon vient en outre de mettre fin à sa collaboration avec l'écurie britannique de F1 Williams, à qui il fournissait des moteurs depuis 2007. Les deux équipes ont déclaré en octobre avoir pris cette décision d'un commun accord.

Selon le quotidien Mainichi, le géant automobile japonais avait d'abord envisagé de poursuivre sa participation à la F1 jusqu'en 2012, mais il a décidé de stopper dès l'an prochain pour réduire les coûts.

Ce retrait de Toyota ne fait finalement que confirmer le désinvestissement des industriels japonais dans le sport. Suzuki et Subaru ne participent plus au championnat WRC et en Moto GP, c'est Kawasaki qui s'est retiré. Toyota restait le seul représentant nippon en Formule 1 suite au départ de Honda.

Toyota a fait son entrée en F1 en 2002 mais le premier constructeur mondial n'est jamais parvenu à remporter une course. Il était classé cinquième au classement des constructeurs à l'issue de la défunte saison de F1.
L'annonce du retrait de Toyota survient deux jours après la décision du manufacturier américano-nippon Bridgestone Corp. qu'il cessera de fournir les bolides de F1 en pneumatiques à l'issue de la saison 2010.


Quelles conséquences ?

Suite au retrait du constructeur japonais, il n'y a plus que trois constructeurs engagés, à savoir renault, Mercedes et Ferrari. BMW-Sauber, équipe réserve en vue de la prochaine saison, pourrait profiter de la décision de Toyota et retrouver une place sur la grille...

 

Grégory Bayet avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK