Terrorisme: un "sommet" pour (se) rassurer

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Pour les médias belges, c’était l’ " évènement de la journée " en Une des JT, radios, site web et presse écrite. Pas de trace par contre dans les " grands " 20H de TF1 et France 2 du " sommet " franco-belge, rien dans Le Figaro et Libération de ce mardi. Le Monde publie quant à lui, une interview de Charles Michel réalisée avant la rencontre.

Rassurer

On le sait, c’est rarement dans ce genre de réunion que l’on prend de grandes décisions effectives. L’ordre du jour est ainsi truffé de faire le point sur,… passer en revue, … avoir un échange,… accorder nos positions, etc…

On liste les sujets qui ne seront chacun guère abordés plus de 5 ou 10 minutes (même le timing est convenu entre les parties). Opérationnellement, ces rencontres ne servent qu’à un meilleur cadrage de certains dossiers.

L’essentiel est ailleurs. Dans la représentation, dans l’image que l’on souhaite renvoyer.

Communiquer

Pour Charles Michel et son gouvernement, l’objectif était double : montrer que la lutte contre le terrorisme est bien engagée d’une part et que la Belgique n’a pas failli. Sur ces points, disposer en soutien du socialiste Manuel Valls, effaçant les controverses/malentendus entre les deux pays était plutôt bienvenu … même si les médias français n’ont pas relayé la " bonne nouvelle ". Pour ces derniers, Molenne-bèque foyer du terrorisme, Brukselle sous menace et le surréalisme institutionnel et linguistique belge risquent bien de perdurer.

La communication était donc à usage interne. Il faut rassurer les citoyens belges mais aussi tous ceux qui veulent investir/visiter/vivre dans ce pays.

Redorer une image écornée à l’étranger prend du temps qu’un moindre incident peut mettre à mal (il ne faudrait pas que l’ambassadrice US prenne une pierre dans un tunnel bruxellois…). La Belgique reste en point de mire, les Etats-Unis envisageraient de réinstaurer l’obligation de visa pour les ressortissants belges notamment de se rendre aux USA.

Pour toutes ces raisons, il convenait de montrer que la Belgique est bien (remise ?) sur de bons rails. Et il faut d’abord en convaincre les citoyens flamands, bruxellois et wallons d’abord. Une opération de longue haleine…

 

@PhWalkowiak

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK