Tabac: le poids des lobbies

Tabac: le poids des lobbies
2 images
Tabac: le poids des lobbies - © Tous droits réservés

La révision de la directive sur les produits du tabac a mobilisé le lobby du tabac. Il emploie une centaine de personnes à Bruxelles et dispose d’un budget annuel de 5 millions d’euros.

L'un des combats de l'industrie portait sur le paquet neutre, que les producteurs tiennent à tout prix à éviter. Leur logo et leurs couleurs sur les paquets constituent un des derniers espaces publicitaires dont ils disposent, c'est un argument marketing de poids. Les cigarettiers tiennent aussi à conserver les arômes (dont le menthol) et les cigarettes slims.

La convention-cadre de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte antitabac (CCLAT) rentrée en vigueur en 2005 prévoit notamment la publicité des liens avec l'industrie et certains europarlementaires ont tenu à faire savoir les contacts qu'ils avaient pu avoir.

Les Verts ont ainsi tenu un registre de leurs rencontres avec les cigarettiers.

Chez les libéraux, les auditions sont publiques et à chaque contact, un mail est envoyé "en interne" au groupe.

La rapporteuse Linda McAvan tient la liste de ses rencontres avec les lobbyistes à la page 81 de ce rapport, mais il n’y a pas de registre central pour l’ensemble de son groupe S&D.

Au PPE, Renate Sommer tient la liste de ses rencontres et contacts avec l’industrie sur sa page perso. Il n'y a pas de registre pour son groupe.

Copier-coller

Les moments de convivialité "informels" sont une des techniques de lobbying employées, expliquait en mars dernier le magazine Marianne Belgique qui décrivait les réceptions offertes par des cigarettiers aux assistants parlementaires à Bruxelles.

Outre les "soirées écrevisses" et autres cocktails branchés, l'hebdo détaillait aussi les 82 000 réponses de "citoyens" envoyées à la consultation publique organisée par la Commission européenne, des réponses qui sentait la manip' et le copier-coller. Copier-collé qui se retrouve dans pas mal d'amendements déposés par certains europarlementaires comme ceux-ci : "Protéger le droit des marques", "Il n'existe pas de définition de l'expression 'couleurs susceptibles d'induire en erreur', ni d'arguments crédibles permettant d'affirmer que certaines couleurs peuvent induire en erreur. De même, du point de vue de la protection de la santé publique et du marché intérieur, il n'est pas justifié d'interdire globalement les cigarettes de petit diamètre."

Un cadeau embarassant

Mi-septembre les députés qui se sont exprimés sur le sujet en commission ont reçu de la part d’une société allemande qui produit des emballages de tabac à rouler (Schur Star System GMBH) des paquets de tabac.

Accompagné d'un document expliquant leur point de vue et vantant leur emballage recyclable (mais rempli de tabac). Détail important : les avertissements sanitaires avaient été réduits à la portion congrue. Les députés concernés ont retourné ce "cadeau" à l’expéditeur. Il est en effet en contravention avec les règles de la convention cadre de l'OMS sur le tabac.

JFH

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK