Strasbourg: le marché de Noël rouvre, 2 nouvelles arrestations

Le marché de Noël de Strasbourg a rouvert ce matin, en présence du ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner qui a déambulé devant les étals de commerçants soulagés. Le ministre a également salué les forces de l'ordre qui sécurisent l'événement.

Fermé depuis l'attentat qui a fait trois morts et 13 blessés mardi soir, les 300 chalets du marché ont recommencé à vendre du vin chaud, des "bredele" et des souvenirs de Noël aux Strasbourgeois et aux touristes venus du monde entier. "On est content de rouvrir", explique Jean-Louis Hubert, vendeur de bonnets de Noël. "Espérons que les gens reviennent, qu'il n'y aura pas de psychose."

L'enjeu économique est énorme pour les centaines de commerçants, restaurateurs et hôteliers du cœur historique de la ville, qui réalisent une bonne partie de leur chiffre d'affaires annuel à la période du marché, où 2 millions de visiteurs se pressent chaque année.

"On était très inquiets. On l'est un peu moins, mais les affaires ne vont plus être ce qu'elles étaient, il ne faut pas se leurrer", explique Franck Hoffmann, devant ses bougies et ses décorations de Noël. "Il va falloir du temps", estime-t-il.

2 arrestations supplémentaires

Deux personnes de l'entourage de l'assaillant de l'attentat de Strasbourg, tué jeudi soir par la police après deux jours de traque, ont été placées en garde à vue la nuit dernière. 7 personnes sont donc désormais garde à vue, a expliqué ce matin Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris. Il s'agit des "quatre membres de sa famille, placés en garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi dernier, et trois membres de son entourage proche, dont un placé en garde à vue hier matin et deux cette nuit", a déclaré le magistrat antiterroriste. "L'enquête va désormais se poursuivre pour identifier d'éventuels complices ou coauteurs susceptibles de l'avoir aidé ou encouragé dans la préparation de son passage à l'acte", a-t-il ajouté. Notamment lors de sa cavale, qui aura duré 2 jours.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK