"Sans mesure de soutien, 98 cinémas devront fermer leurs portes": l’industrie cinématographique belge appelle à l’aide dans une lettre ouverte

Après une année mouvementée, la Fédération des Cinémas de Belgique (FCB) adresse une lettre ouverte à plusieurs ministres. Elle est signée par 113 acteurs du secteur cinématographique belge. Leur requête : des mesures de soutien urgentes et significatives pour le secteur du cinéma. 1250 emplois sont menacés mais c’est surtout un pan de la culture belge qui se retrouve en péril.

"La pandémie de covid-19 a des conséquences catastrophiques pour les cinémas belges. Voilà six mois et demi que les salles obscures sont fermées. Les conséquences économiques sont dramatiques avec de nombreux emplois directs et indirects menacés alors que le secteur était déjà fragile. Sans mesure de soutien, 98 cinémas devront fermer leurs portes et 1250 emplois disparaîtront. La perte totale pour l’année 2020 est estimée à 210 millions d’euros et chaque mois de fermeture supplémentaire représente une perte additionnelle de 25 millions d’euros", écrit la Fédération.

Des directeurs de cinémas aux personnalités du monde du cinéma belge

L’ensemble du secteur s’est mobilisé pour soutenir la demande de leur Fédération auprès des autorités concernées du pays, tant fédérale que régionales. "C’est tout un secteur qui aujourd’hui se retrouve dos au mur. Mais pas seulement. Toutes les activités annexes qui dépendent de l’activité des cinémas : cafés, restaurants, boutiques, boîtes de nuit… souffrent également de ces fermetures. Pourtant, en cette période de crise, la culture et les liens sociaux sont plus qu’essentiels", déclare le secrétaire général de la FCB Thierry Laermans. "Tous les cinémas ont pourtant appliqué le protocole de sécurité à la lettre dans les salles et aucun foyer de la covid-19 n’a jamais pris sa source dans une salle de spectacle. La situation devient vraiment intenable et nous devons alerter nos politiques de l’urgence de prendre des mesures de soutien", poursuit Thierry Laermans.

"Quid des 5,9 milliards d’euros issus du plan de relance européen ? Au total, les aides perçues par les salles de cinéma ne dépassent pas 3 millions d’euros en Belgique ; des montants particulièrement réduits à l’échelle de la crise d’autant plus si on les compare avec ceux dégagés pour les cinémas dans les pays voisins. Les cinémas français ont reçu une aide d’environ 125,8 millions d’euros et aux Pays-Bas, ce sont quelque 55 millions d’euros qui ont été dégagés pour le secteur. En Allemagne enfin, ce montant est de 90 millions d’euros", demande la Fédération.

La lettre ouverte
 

Cher ministre,

Depuis le 13 mars 2020, les cinémas belges font face à la pire période de leur existence. Nos 98 cinémas ont été contraints de fermer leurs portes pendant six mois et demi. Et ce n’est pas fini. Par conséquent, les 504 écrans se sont éteints, les 120.000 fauteuils restent désespérément vides, les 19 millions de spectateurs n’ont plus accès à la magie du grand écran et plus de 1250 employés se retrouvent cloîtrés à leur domicile et autant d’étudiants se retrouvent sans ressources complémentaires.

La pandémie de la COVID-19 représente un coût financier catastrophique pour nos cinémas. La perte totale pour l’année 2020 est estimée à 210 millions d’euros et chaque mois de fermeture supplémentaire en 2021 à 25 millions d’euros. Si cette fermeture administrative se poursuit, la majorité des petites et moyennes entreprises de la filière cinéma seront forcées de déposer le bilan. La grande exploitation, exclue de subside, est contrainte aujourd’hui à financer une dette qui aura des conséquences durables sur les investissements à venir. Or, cette exploitation représente plus de 80% du marché et constitue à bien des égards la "masse critique" du marché dont dépendent la distribution et la production de films. Sans elle, l’avenir de toute l’industrie cinématographique belge serait en situation de précarité extrême et/ou totalement dépendante des plateformes américaines et subsides publics…

Tout le secteur retient son souffle : acteurs, producteurs, réalisateurs, assistants de production, équipes audiovisuelles, constructeurs de décors, preneurs de son, maquilleurs, costumiers,…mais également toutes les activités qui gravitent autour des cinémas et animent les villes : restaurants, cafés, magasins, boites de nuit, etc. En cette période singulière, jamais le lien social, la distraction, la culture et le partage des émotions n’ont été aussi indispensables aux yeux des spectateurs qui nous font part de leur impatience de se retrouver dans nos salles.. Ils savent notre protocole de sécurité pour l’avoir pratiqué et respecté durant la période estivale : port du masque buccal, respect et garantie de la distance physique à tout moment. Aucun cluster n’a pris sa source dans une salle de spectacle et une étude allemande* "Aerosol and CO2 Measurements – Study by the Fraunhofer Heinrich-Hertz-Institute" récente a prouvé que la propagation aérienne dans une salle de concert bien ventilée est négligeable voire nulle. A la frustration s’ajoute l’incompréhension de ne pouvoir retourner dans les salles.

En Belgique, les différents niveaux gouvernementaux ont accordé 16,1 millions d’euros pour l’ensemble du secteur audiovisuel. Au total, les aides perçues par les salles de cinéma ne dépassent pas les 3 millions d’euros en Belgique, des montants particulièrement réduits à l’échelle de la crise qui démontrent le peu d’intérêt des pouvoirs publics pour notre secteur contrairement à ceux des pays limitrophes. Les cinémas français ont reçu une aide d’environ 125,8 millions d’euros, aux Pays-Bas, ce sont quelques 55 millions d’euros qui ont été dégagés pour le secteur et en Allemagne, ce chiffre monte jusqu’à 90 millions d’euros.

Le Parlement européen a adopté diverses mesures de soutien et a invité les États membres à considérer l’industrie culturelle et le monde créatif comme des priorités du plan de relance de l’UE. Alors que la Belgique a déjà reçu un montant de 5,9 milliard d’euros du plan de relance européen, rien n’a été attribué au secteur cinématographique belge !

Aujourd’hui, nous, professionnels du cinéma Belge demandons aux pouvoirs publics de reconsidérer les possibilités de réouverture des salles de cinémas (comme au Luxembourg) et de consentir à des efforts de soutiens significatifs et rapides. En ce 125ième anniversaire, faisons revenir la magie du cinéma sur le grand écran, pour nos milliers de spectateurs et les générations futures.
Les grandes histoires méritent de grands écrans !


Signataires

Thierry Laermans (Secrétaire-Général FCB), Benoit Verfaille (Cinéma For&Ver Mouscron), Miquel Devriendt (City Scoop Roeselare), Jacques Noël (Cine Chaplin Nismes), Eric Franssen (Le Palace Bruxelles), Frank Moens (Cinéma Zed Leuven & Hasselt), Arleta Makowska (Cinema4You Haacht), Paul Raes (Cinema Central Ninove), Jeoffrey Leyn (CineXtra Bastogne), André Harvie (White Cinema Bruxelles), Olivier Meyvaert (White Cinema Bruxelles), André Cadet (Cine Patria Virton & Nos Loisirs St-Mard), Ludo Vangenechten (Theroxytheatre Koersel), Charles Gilson (Movie Mills Malmedy), Valérie Jacquart (Plaza Hotton), Julien Pahaut (Plaza Hotton), Patrick Piret (Wellington Waterloo), Ann Moncarrey (Focus Geraardsbergen & Independent Films), Groupe Kinepolis, UGC Belgique, Pathé Belgique, Imagix, Plaza Art, Philip Cleynens (Cinéma Albert Dendermonde), Elien Roofthooft (Cinéma Lumière Antwerpen), Jan-Willem Van Eemeren (Cinéma Cartoon), Simon Vanbeylen (Cinéma Lumière Brugge), Patrick Deboes (Sphinx Cinema & La Luna vzw), Mieke Vanheulenberghe (Cinéma Rio De Haan), Rainer Stoffels (Kino Scala Büllingen), Matthieu Bakolas (Quai 10 Charleroi), Barbara Sarafian (actrice), Blague Devynck (actrice), Charlotte Vandermeersch (actrice), Dayra Gantura (actrice), Filip Peeters (acteur), Geert Van Rampelberg (acteur), Kevin Janssen (acteur), Koen De Bouw (acteur) Koen De Graeve (acteur), Kris Cuppens (acteur), Nathalie Meskens (actrice), Michaël Pas (acteur), Peter Van den Begin (acteur), Roel Vanderstukken (acteur), Ruth Bequart (actrice), Stef Aerts (acteur), Sven De Ridder (acteur), Titus De Voogdt (acteur), Tom Audenaert (acteur), Veerle Baetens (actrice), Vincent Londez (acteur), Wim Willaert (acteur), Adil El Arbi (réalisateur), Bilal Fallah (réalisateur), Erik Van Looy (réalisateur), Eva Cools (réalisateur), Fien Troch (réalisateur), Hans Herbots (réalisateur), Harry Kümel (réalisateur), Jan Verheyen (réalisateur), Luc & Jean-Pierre Dardenne (réalisateurs), Lukas D’Hondt (réalisateur), Michaël R Roskam (réalisateur), Robin Pront (réalisateur), Stijn Coninx (réalisateur), Tim Milants (réalisateur), Unie van Regisseurs (composé de plus de 100 membres), Stephan Streker (cinéaste) Benoit Mariage (cinéaste), Michiel Marriage (cinéaste), André Harvie (Belga Films), Hans Van Acker (Kinepolis Film Distribution), WW Entertainment, Septemberfilms, Athena Films, Luc Jabon (Pro-Spère), ASA (Association des Scénaristes de l’Audiovisuel) De Acteursgilde, UPFF Peter Craeymeersch (Festival du film d’Ostende), Festival du Film Méditerranéen Bruxelles Filmfest Gand, FIFF Namur, FIFM (Festival International du Film de Mons), Festival Ramdam Moucron, Ramdam Festival Tournai, Festival Anima, Julien Lanquetin (Cours Florent Bruxelles), Michael Goldberg (producteur), Boris Van Gils (producteur), Jean-Yves Roubin (producteur), Bernard de Dessus les Moustiers (producteur), Diana Elbaum (producteur), Arnaud Demunyck (producteur), Isabel de la Serna (producteur), Jean-Luc Van Damme (producteur), Marc-Henry Wajnberg et Catherine Boës (producteurs), Brightfish (stratégie publicitaire), Christophe Beaujean (scénariste), Laurent Denis (scénariste), Anouchka Walewyk (scénariste), Nicolas Van Ruychevelt (scénariste), Vincent Guillemot (scénariste), Ely Chevillot (scénariste), Nina Vanspranghe (scénariste), Céline Schmitz (scénariste), Xavier Vairé (scénariste), Boris Tilquin (scénariste)
 

Cinéma: craintes pour l'avenir (JT 30/01/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK