Réédition de "Mein Kampf" en Flandre: une version éducative?

Alors que le racisme domine l’actualité en Flandre, notamment après la diffusion d’un reportage sur le groupe d’extrême droite Schild & Vrienden (reportage qui sera diffusé ce mercredi soir sur la Une), une réédition de l’ouvrage "Mein Kampf" en néerlandais pose question au nord du pays.

La réédition de l’ouvrage controversé d’Adolf Hitler avait déjà suscité le débat en Allemagne, en 2016. Alors que le livre tombait dans le domaine public, il avait été décidé de le rediffuser sous une nouvelle version, contenant près de 4000 notes de bas de page pour argumenter les écrits du leader nazi et éclairer le lecteur.

Aux Pays-Bas, la maison d’édition Prometheus, qui édite notamment le Journal d’Anne Frank, a décidé d’en faire de même, mais avec une approche différente : les 27 chapitres de ‘Mijn Strijd’ ont chacun été scientifiquement expliqués par un texte de l’historien néerlandais Willem Melching. Une démarche didactique, dans laquelle l’historien devient en quelques sortes le guide du lecteur. On notera aussi que le livre a fait l’objet d’une toute nouvelle traduction néerlandaise, la dernière ayant été réalisée en 1939 par un sympathisant du dictateur.

Réception mitigée

Les avis à propos de cette nouvelle édition sont mitigés. Certains estiment que les critiques apportées par l’historien sont trop légères, et que Willem Melching ne met pas suffisamment en avant les aspects négatifs des idées d’Hitler. Mais globalement, les opinions sont plutôt favorables, de façon parfois surprenante, puisque même les représentants de la communauté juive, en Flandre et aux Pays-Bas, ont bien réagi. Mieux vaut en effet une publication commentée et critiquée d’un ouvrage qui, de toute manière, existe et circule déjà. Pour le rédacteur en chef du mensuel Joods Actueel, cette version a au moins le mérite de déconstruire de manière académique les vérités et les théories d’Adolf Hitler.

De là à faire lire ce livre aux personnes qui éprouvent encore de la sympathie pour le leader nazi? C’est ce que l’historien Bruno De Wever préconise justement de faire avec les jeunes membres du groupe d’extrême droite flamand, Schild & Vrienden qui, comme l’a révélé le documentaire de la VRT, déversent quotidiennement des milliers de messages racistes et fascistes sur les réseaux sociaux. Selon lui, cette nouvelle édition a un rôle éducatif à jouer, puisque de nombreux parallèles peuvent être faits avec notre monde actuel.

L’historien flamand n’est d’ailleurs pas le seul à le penser : pour plusieurs experts, la version retravaillée de "Mijn Strijd" invite à la réflexion sur le racisme biologique, la théorie du complot, ou encore la haine envers la démocratie. Elle rappelle que la déshumanisation d’un groupe déterminé peut mener, dans un certain contexte, à une violence de grande ampleur, et que la force d’une propagande peut transformer toute une population. Bref, comme le souligne Bruno De Wever, la version néerlandaise de ‘Mein Kampf’ nous apprend, s’il le fallait encore, qu’on ne peut jamais se reposer sur ses lauriers. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK