Questions à la Une – Cigarette électronique : miracle ou menace ?

Questions à la Une – Cigarette électronique : miracle ou menace ?
3 images
Questions à la Une – Cigarette électronique : miracle ou menace ? - © Tous droits réservés

Barbe à papa, crème brûlée, marshmallow… il y en a pour tous les goûts. Avec la e-cigarette, la gamme de saveurs est tout simplement infinie. Et ses adeptes ont même un petit nom : les vapoteurs. Ils sont de plus en plus nombreux à goûter à la cigarette électronique et à l’adopter, remplaçant l’odeur du tabac dans leur quotidien. Des dizaines de milliers de Belges sont déjà convertis. Mais est-elle vraiment moins dangereuse pour la santé que la cigarette traditionnelle?

Un bon outil pour arrêter de fumer

En Europe, 6 millions de fumeurs ont arrêté la cigarette traditionnelle grâce à la e-cigarette. Pour Vincent Bayer, par exemple, la cigarette électronique a été miraculeuse. Il était fumeur depuis 30 ans quand il a découvert la e-cigarette : "Grâce à la cigarette électronique et à une diminution progressive du taux de nicotine, j’ai réussi à arrêter de fumer entièrement la cigarette et la cigarette électronique aussi. Donc, maintenant, je ne fume plus rien du tout."

Pour des tabacologues comme Laurie Chitussi (CHR Verviers), la cigarette électronique ne constitue pour autant pas un remède miracle pour arrêter de fumer : "Je considère ça plutôt comme un outil supplémentaire pas de première ligne. C’est loin d’être miraculeux. Il y a des personnes qui l’ont utilisé sans succès. Mais c’est un outil quand même parce que pour certaines personnes, c’est nécessaire et utile d’avoir quelque chose pour compenser le geste. On ne l’utilise pas en première ligne parce qu’à l’heure actuelle, on n’est pas encore sûr des effets sur le long terme. On l’utilise dans une perspective de réductions des risques. Il vaut mieux que la personne fume la cigarette électronique que la cigarette normale."

Selon des études, la cigarette électronique semble sûre sur le court et moyen terme. Par contre, il y a toujours des points d’interrogation pour le long terme à cause des colorants et des produits aromatiques utilisés dans la e-cigarette.

Un business mondial

Inventée il y a 13 ans en Chine, la cigarette électronique fait aujourd’hui le tour du monde. Le business de la vape se porte bien et est même devenu "tendance". De plus en plus de magasins de cigarettes électroniques voient le jour comme celui de Julien Bovy à Bruxelles. Pour lui, les affaires fonctionnent à tel point que chaque jour, Julien estime voler des parts de marché à l'industrie du tabac : "Si on prend l’idée qu’un fumeur va dépenser 2500€ par an pour son tabac, on imagine qu’il va le faire encore pendant 20 ans, ça fait 50 000€. Si j’ai dix fumeurs qui ont arrêté, j’ai pris 500 000€ à l’industrie du tabac. Vous multipliez ça par toutes les boutiques dans le monde. Vous comprenez alors les enjeux colossaux que cela représente."

Mais une nouvelle directive européenne inquiète le monde de la vape. La cigarette électronique va être désormais considérée comme un produit du tabac avec des contraintes similaires : interdiction d'en faire la publicité, interdiction de la vente sur Internet ou interdiction de vendre des flacons trop volumineux. Pour beaucoup, ces nouvelles règles vont favoriser l'industrie du tabac au détriment de la cigarette électronique.

Laurent Mathieu a mené l'enquête "Cigarette électronique: miracle ou menace?" et c'est à voir ce mercredi 25/01 à 20h30 dans Questions à la Une.