PS: le retour à Quaregnon, mais pas trop

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Au Parti Socialiste, quand cela va mal, quand on a perdu le nord de ses valeurs, on en revient à la Charte de Quaregnon (1894) ; ce fut le cas, lors de son centenaire, en plein scandale Agusta, il en fut de nouveau question pour boucler le " Chantier des Idées ", un  processus lancé en mars 2015 et dont la clôture était prévue en septembre… 2016, mais les affaires et les sondages calamiteux sont passés par là.

Repartir

Si au départ, il s’agissait surtout d’occuper la base et éviter que le parti s’étiole après avoir été renvoyé dans l’opposition fédérale, l’actualité a fini par modifier la trajectoire initiale. Face à la montée du PTB et pris les doigts dans la confiture des affaires, les socialistes francophones devaient se rendre à l’évidence : le mal était bien plus profond qu’un simple revers de fortune électoral.

Les affaires ne sont pas tout. C’est sur sa gauche que le PS est débordé.

Le PS, en Wallonie, récoltait 34% des suffrages aux élections de 2011, 30% en 2014, à l’issue du gouvernement Di Rupo. Dans notre baromètre de novembre 2016, juste avant Publifin, il tombait à 24%, depuis il se situe aux alentours de 21% des intentions de vote, avec une gauche non-socialiste à un niveau jamais atteint.

Dans un tel contexte, le parti a fait le ménage en interne, conforté (provisoirement ?) Elio Di Rupo à la présidence et surtout croise les doigts pour qu’une nouvelle affaire ne vienne compromettre ce début de reconquête.

Synthèse

Le parti se prépare au double rendez-vous électoral 2018-19. Le PS est confronté aux montées d’Ecolo et du PTB et semble avoir décidé de faire la synthèse du programme de ses deux principaux rivaux … avec un zeste de Charte de Quaregnon, pour une touche d’amertume marxiste dans ce cocktail rouge-vert. Il n’est toutefois plus question, comme dans le texte de 1894 de la transformation du régime capitaliste en régime collectiviste (…) mais bien de garder un cap social-démocrate, de régulation de l’économie de marché ou de nouveaux acquis sociaux.

Dans un espace francophone où le MR incarne quasiment seul la droite, mais à un niveau assez faible en Europe, le PS se dit de retour, motivé avec de nouvelles idées (souvent piquées aux autres, c’est aussi la loi du genre) mais portées par les mêmes têtes qu’il y a 10, 20 ou 25 ans.

Avec ce positionnement nouveau, le PS entend faire sans le dire, la synthèse entre l’anticapitalisme et l’écologie politique. Reste à convaincre, à expliquer comment financer ces réformes, les rendre possible dans une inévitable coalition.

Le risque demeure que l’électeur préfère malgré tout, les originaux à la copie, fut-elle de synthèse et consensuelle des différentes gauches.

 

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK