Pourquoi ce Secrétaire d'État est-il devenu "une astronaute" dans notre JT ?

"L’agence spatiale européenne recrute en ce moment des astronautes et elle compte sur les Belges pour participer à ce programme et en particulier sur les femmes." Ce sujet diffusé dans le journal télévisé du 12 avril dernier commençait tout à fait normalement…

Et puis, comme on peut le voir à 1 minute 45 dans la vidéo ci-dessus, il se passe une chose étrange. Un sous-titre indique "Samantha Cristoforetti, astronaute – agence spatiale européenne". Pourtant, celui qui parle derrière son masque n’est autre que Thomas Dermine (PS), le Secrétaire d’État pour la Relance et les Investissements stratégiques, chargé de la Politique scientifique.


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres : tout sur la démarche Inside de la rédaction ici


Alors, que s’est-il passé exactement ? Comment une erreur comme celle-là peut-elle se produire en plein JT ? Derrière ce couac, il y a une simple histoire de décalage dans les sous-titres. Un petit décalage qui a semble-t-il bien amusé Thomas Dermine lui-même, en témoigne le tweet ci-dessous.

Pour mieux comprendre le problème, je suis retourné dans la conduite du journal de 19h30 du 12 avril. La conduite, c’est une sorte de menu du JT. Tous les sujets y sont indiqués dans l’ordre, minute par minute. On y trouve aussi les textes lus par le présentateur et des indications concernant les images à afficher dans les écrans qui tapissent le studio.

Dans le cas d’un reportage au JT, c’est le plus souvent le ou la journaliste qui encode les noms et fonctions des intervenants. Il ou elle fait ça dans la salle de montage (ou dans une "info mobile", ces camionnettes qui permettent de monter directement sur le terrain) en même temps que l'écriture de sa voix off. Dès qu’il y a quelqu’un qui parle, on rajoute le nom de cet intervenant dans un petit formulaire dont je vous mets un aperçu ci-contre.

Inside vous l’expliquait déjà il y a quelques mois, le lancement des sous-titres se fait à la main, en direct depuis la régie du studio. Des "télétitreurs" se relayent au fil des jours par équipe de deux et assurent plusieurs émissions. L’un s’occupe de l’habillage plateau, c’est-à-dire des images dans les écrans, l’autre gère les sous-titres avec les noms des intervenants pendant la diffusion du reportage, les lieux des directs…

Chaque fois qu’un sous-titre est indiqué dans la conduite, le télétitreur l’envoie à l’image. "Pendant un sujet on va jouer les in et out de chaque personne interviewée, c’est-à-dire l’arrivée et le départ du sous-titre", expliquait ainsi Noémie Lannoy, télétitreuse à la RTBF, en octobre dernier.


►►► À lire aussi dans RTBF Inside : Madame "le Directeur", pourquoi ce sous-titre "sexiste" dans notre Journal télévisé ?


Un sous-titre vous manque, et tout est décalé

Concernant le sujet sur les astronautes, comme on le voit dans la capture d’écran ci-contre, tous les noms étaient bien indiqués dans le bon ordre à l'endroit voulu par l'auteur du reportage. C’était sans compter sur ce petit détail : Frank De Winne intervient deux fois de suite. Mais le journaliste n’a volontairement encodé son nom qu’une seule fois dans la conduite, en regard de la seconde intervention face caméra de l'astronaute belge (alors que la première fois l'homme s'exprime en conférence de presse et le journaliste avait donc décidé de ne pas indiquer de sous-titre pour cette intervention-là). Cette situation a créé "une confusion et une mécompréhension", souligne-t-on du côté de la régie.

Le premier sous-titre a donc été envoyé trop tôt. Résultat : quand Frank De Winne parle une seconde fois, c’est le sous-titre de l’intervenant suivant qui a été envoyé à l’antenne, en l’occurrence Thomas Dermine. Ensuite, c’est un jeu de domino… au moment où le secrétaire d’État s’exprime, le sous-titre suivant, avec le nom de Samantha Cristoforetti, est mis à l’écran. Râlant pour le journaliste qui regrette que ce décalage lui ait "gâché une journée de travail".

Quand le temps le permet, il est encore possible de corriger quelque chose pendant la diffusion du sujet. Ici, tout s’est déroulé sur une poignée de secondes. Impossible donc de faire marche arrière sur ce coup-là.

(Cet article a été publié une première fois le 22 avril 2021 à 9h30, puis complété avec des précisions apportées par les différentes parties concernées)


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres… Sur la page INSIDE de la rédaction, les journalistes de l’info quotidienne prennent la plume – et un peu de recul – pour dévoiler les coulisses du métier, répondre à vos questions et réfléchir, avec vous, à leurs pratiques. Plus d’information : là. Et pour vos questions sur notre traitement de l’info : c’est ici.


 

 

C’est quoi, "la conduite" ? Explications en vidéo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK