Paul Magnette face à Didier Reynders : le duel des « meilleurs ennemis » ?

Paul Magnette face à Didier Reynders : le duel des « meilleurs ennemis » ?
Paul Magnette face à Didier Reynders : le duel des « meilleurs ennemis » ? - © Belga

C’est un face-à-face qui pourrait bien être électrique. Pour le dernier duel avant les élections, notre cube installé sur la place Poelaert à Bruxelles prendra-t-il des allures d’arène ? Le Parti socialiste fera face au Mouvement réformateur. Le PS sera représenté par Paul Magnette, porte-parole du parti pour la campagne et tête de liste aux élections européennes. De son côté, le MR pourra compter sur Didier Reynders, tête de liste pour le fédéral à Bruxelles, pour défendre ses idées.

Les face-à-face et les échanges musclés, ils en ont l’habitude. Eux, deux anciens présidents de partis, ténors de la politique belge. Si le MR a dirigé la plupart de sa campagne contre Ecolo, la traditionnelle opposition entre libéraux et socialistes ne s’en est pas vue diminuée. Et ce, notamment autour de la thématique du pouvoir d’achat. Le pouvoir d’achat, thème de campagne « classique » mais qui a pris une dimension toute autre avec la crise du mouvement des gilets jaunes, en France et en Belgique. Et c’est via la fiscalité que libéraux et socialistes veulent rendre du pouvoir d’achats aux citoyens. Mais c’est sur les méthodes à mettre en place pour y arriver que les partis s’opposent. Pour le PS, le MR va chercher l’argent dans la poche des Belges avec les mesures qu’il propose… Une affirmation que réfute les libéraux. Sur notre antenne le 20 mai dernier, Charles Michel, président du MR répondait à une pique d’Elio Di Rupo (PS) « Ce sont au contraire nos mesures qui apporteront le plus d’emploi et donc le plus de pouvoir d’achat ». Alors comment augmenter ce pouvoir d’achat, et qui payera ? Thomas Gadisseux posera la question à Didier Reynders et Paul Magnette.

Jobs jobs jobs

L’emploi, c’est justement un autre thème qui sera sans aucun doute abordé ce soir. Le gouvernement Michel en avait fait un slogan « jobs jobs jobs ». Les libéraux se targuent d’avoir créé plus de 230.000 emplois au cours de la législature, des emplois plus flexibles, plus adaptés, au marché du travail, aux réalités économiques. Des emplois oui, mais à quel prix, quelles conditions ? demandent les socialistes. Pour eux, les emplois créés par le MR sont majoritairement des emplois précaires. Les socialistes qui, eux, plaident notamment pour une réduction du temps de travail.

En parlant d’emploi, on pense aussi aux pensions, autre terrain d’opposition entre les deux partis. La suédoise a décidé de faire passer progressivement l’âge de la retraite à 67 ans d’ici 2030… Le PS s’est lui engagé à mener un combat acharné pour revenir à la pension légale à 65 ans.

L’Europe à l’horizon

Certes, les échanges entre Didier Reynders et Paul Magnette seront probablement les plus tendus autour de la campagne au niveau fédéral. Mais les deux hommes ont aussi un regard tourné vers l’Europe. Paul Magnette, puisqu’il est tête de liste aux élections européennes (même s’il a déjà maintes fois dit qu’il ne siégerait pas s’il est élu) et Didier Reynders qui est toujours en lice pour le poste de secrétaire général du Conseil de l’Europe, et qui est en charge des affaires européens au sein du gouvernement en affaires courantes.

Quelles mesures pour assurer le redressement économique en Belgique ? Quelle fiscalité pour les Belges ? Quelles politiques climatiques et environnementales ? Une coalition avec le MR et le PS est-elle possible ? De nombreux thèmes seront abordés avec nos invités.

Rendez-vous ce vendredi soir dès 20h05 sur la Une ou sur Auvio pour voir ce duel entre « meilleurs ennemis ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK