Ministres au bord de la crise de nerfs

La " nouvelle Belgique " telle qu’issue de la Sixième Réforme de l’Etat passera un nouveau stress-test ce mercredi.

Un comité de concertation à l’ordre du jour chargé est convoqué.

Argent

La répartition des efforts budgétaires entre niveau de pouvoir a déjà provoqué des tensions. Fin mars, Charles Michel annonçait avec une certaine morgue et sans la moindre concertation que les régions allaient devoir réaliser des économies substantielles (750 millions ! ) avant de devoir reconnaître penaud et confus quelques mois plus tard que le fédéral s’était planté dans ses calculs…

Les Régions n’ont toutefois pas gardé le sourire très longtemps. Au cœur de l’été, le gouvernement fédéral mettait au point son " glissement fiscal " en voulant abaisser entre autre l’Impôt sur les Personnes Physiques (IPP). Souci : si c’est bien le fédéral qui collecte l’impôt, 25,99% de l’IPP est ristourné aux Régions. Baisser unilatéralement l’IPP revient donc à réduire les moyens régionaux.

C’est le ministre-président … N-VA, Geert Bourgeois, qui a été le premier à dénoncer cette opération, où le fédéral finance sa réforme sur le dos des Régions.

En Wallonie, on a fait les comptes. Cela pourrait coûter annuellement plusieurs centaines de millions.

Crispations en vue.

Migrants

Ayant mis les soucis budgétaires de côté (on ignore toujours les détails du tax-shift), le fédéral se débat actuellement avec l’accueil des réfugiés. Si pour l’instant, les problèmes se concentrent autour de l’Office des Etrangers, d’ici peu ils se répartiront dans les communes et villes du Royaume. Les Régions tentent de s’y préparer et le fédéral a besoin de leur collaboration, voire surtout de leur bonne volonté. C’est dans cette perspective que Charles Michel a repris le dossier à Bruxelles, les relations entre Theo Francken et Yvan Mayeur risquant de faire capoter toute solution. Le même problème risque de se poser dans d’autres localités.

Vous ajoutez à tout cela : le survol de Bruxelles, l’équilibre entre les Régions du plan de délestage électrique ou le financement des hôpitaux et tous les ingrédients sont réunis pour avoir des ministres au bord de la crise de nerfs.

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK