Maxime Prévot sur la vidéo du MR : « C’est affligeant et pathétique… »

Maxime Prévot sur la vidéo du MR : « C’est affligeant et pathétique… »
Maxime Prévot sur la vidéo du MR : « C’est affligeant et pathétique… » - © Tous droits réservés

Présidence agitée et campagne électorale électrique. Maxime Prévot avait fort à faire sur le plateau de Jeudi en Prime spécial élection. D’emblée, le président du cdH lance ses premières attaques à l’encontre de son partenaire de majorité en Wallonie, le MR de Charles Michel. « Les élections ne sont pas que régionales et européennes. Elles sont aussi fédérales. Quand on observe le bilan du gouvernement fédéral, nous ne pouvons arriver à la conclusion qu’il faut ouvrir une autre page… et le faire dès maintenant », explique le bourgmestre de Namur.

Maxime Prévot souhaite un changement de cap au niveau fédéral et s’il ne devait donner qu’un exemple pour illustrer ses propos, ce sont les soins de santé. « Aujourd’hui, il est plus coûteux de se faire soigner. Les prix des médicaments ont augmenté. Ce n’est pas normal », estime le président du cdH

Interrogé sur l’atmosphère de la campagne, Maxime Prévot attaque encore le MR sur la forme et sur le fond. « C’est affligeant et pathétique… Nous sommes dans un bac à sable avec ces invectives… Quand va-t-on parler des projets politiques ? », s’interroge le numéro un du cdH. En ligne de mire, le clip vidéo du Mouvement Réformateur accusant Ecolo de vouloir introduire une taxe sur la viande. Néanmoins, le président des Humanistes n’oublie pas les verts. « Quand on gratte et on lit le programme, il y a matière à être particulièrement inquiet », conclut Maxime Prévot.

Le refinancement de la Justice

L’assassinat à Anvers de Julie van Espen a fait réagir le monde politique. Une nouvelle fois, le budget de la justice est questionné. Le cdH souhaite investir 500 millions d’euros supplémentaires à la justice. Mais est-ce suffisant pour la magistrature ? Après tout, le monde judiciaire souhaite avoir plus d’emprise sur la gestion de son financement. Une autonomie de gestion plutôt qu’une gestion par le politique, est-ce une bonne idée ? « C’est une mesure originale voire souhaitable », admet Maxime Prévot.

« Ce qui m’indigne le plus depuis ces dernières c’est l’attitude des responsables politiques du gouvernement fédéral. Au lieu d’avoir des responsables qui assument les conséquences des coupes sombres budgétaires qu’ils ont, notamment, imposées au monde judiciaire, nous entendons une culpabilisation des magistrats », conclut-il.

Publifin, qu’est qui a changé depuis le changement de majorité ?

17 juin 2017, le cdH annonce la rupture avec le PS en Région wallonne. La raison principale ? Le scandale Publifin. Qu’est-ce qui a changé depuis ? Toutes les recommandations de la commission d’enquête parlementaire ne sont pas encore appliquées, notamment concernant le renouvellement de la direction de l’intercommunale-privée. « Le cdH est le seul parti à avoir refusé, par protestation, de désigner de nouveaux administrateurs pour siéger dans cette piètre saynète… Nous déplorons qu’une partie de ces recommandations de la commission d’enquête ne soit pas exécutée », explique Maxime Prévot.

Toujours concernant la région Wallonne, le président du cdH a réaffirmé sa volonté d’instaurer une assurance autonomie. Il s’agit, d’ailleurs, d’un des points majeurs dans le programme des humanistes. « Cela fait quinze ans que cette assurance autonomie existe en Flandre. Va-t-on être en retard par rapport aux défis sociétaux qu’elle soulève ? », questionne-t-il

En fin d’émission, Maxime Prévot admet que son début de présidence « n’a pas été une balade au milieu d’un champ de fleurs ». Néanmoins, le président des Humaniste affirme « que tout est, depuis, rentré dans l’ordre » et espère maintenant déjouer le pronostic des derniers sondages.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK