Marc Uyttendaele : "Il faut retourner aux élections et ouvrir le débat institutionnel"

L’avocat constitutionnaliste Marc Uyttendaele a affirmé ce mercredi matin qu’il fallait organiser de nouvelles élections pour sortir de la crise institutionnelle qui pourrait arriver après le scrutin de dimanche dernier. "Le résultat des élections de dimanche produit une multitude d’impossibilités pour ce qui concerne la gestion du gouvernement fédéral, a-t-il expliqué au micro de Matin Première. La seule question qui se pose, c’est de savoir quand le monde politique admettra qu’il faut retourner aux élections, je crois que c’est l’hypothèse la plus probable, et cette fois sans la lâcheté qui a consisté à dire 'On va aux élections mais on bloque tout débat institutionnel'".

Pour Marc Uyttendaele, c’est l’absence de questions institutionnelles qui a faussé les élections et créé un conflit idéologique entre la Flandre, marquée par l’émergence de l’extrême droite, et la Wallonie, qui a vu la gauche et l’extrême gauche se renforcer. "Les questions institutionnelles sont partout, elles prolifèrent depuis deux jours, et donc il faudra sans doute se poser la question, après les élections, de comment modifier le système, précise l’avocat. Les prochaines élections seront inévitablement, des débats au Nord et au Sud sur le devenir de l’Etat." Marc Uyttendaele estime que la poussée nationaliste et donc séparatiste au nord du pays rend incontournable cette question, même si la situation semble moins favorable à une remise en cause du modèle belge qu’après la crise de 2010-2011, qui avait vu se mettre en place une réforme de l’État.

On a perdu 156 jours depuis décembre

L’avocat estime que de nouvelles élections auront lieu "dans six mois ou un an", avec "au cœur du débat, la question du devenir de l’État". La tenue de nouvelles élections pourra d’ailleurs mettre à l’épreuve les séparatistes flamands : "Il peut y avoir des mouvements d’opinion tout à fait inattendus lorsque la question existentielle se pose", rappelle Marc Uyttendaele, qui a évoqué les modèles d’échecs séparatistes, en Écosse ou au Québec.

Marc Uyttendaele a déploré le fait que les élections ne se soient pas déroulées dès la sortie de la N-VA du gouvernement fédéral, en décembre. "On a perdu 156 jours avec un gouvernement ultra-minoritaire, affirme-t-il. Aujourd’hui, puisqu’il n’est pas possible de parler d’institutionnel, il est impossible de remédier aux vices fondamentaux qui sont le produit même des élections. Donc la seule manière d’avoir ce débat, c’est malheureusement de repasser devant l’électeur", conclut l’avocat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK