Magnette contre le reste du monde. Bientôt la saison 2.

Magnette contre le reste du monde. Bientôt la saison 2.
Magnette contre le reste du monde. Bientôt la saison 2. - © Tous droits réservés

Le traité transatlantique avec le Canada a donc été voté par le Parlement européen. Il est bien loin le temps où la Wallonie jouait David contre Goliath…

Ce vote du CETA hier par le parlement européen nous a d’abord rappelé combien les temps politiques sont troublés, comment un clou chasse l’autre. Et oui, il y a quelques mois encore, la majorité PS-cdH pouvait se dire qu’elle était parvenue à exister politiquement, à trouver une légitimité en étant en phase avec une majorité de la population wallonne qui, dans les enquêtes d’opinion, se montrait très hostile au CETA. On ne parlera pas de fusion, mais tout de même d’une sorte de moment de suspension où Paul Magnette semblait avoir réussi à connecter ou reconnecter une bonne partie de la Wallonie avec la politique grâce à une posture un brin protectionniste, ou anti-mondialisation très dans l’air du temps. C’était donc il y a un siècle, tant depuis, tout ce crédit s’est effondré. Avec cette stupide tentative de revenir sur le décret décumul d’abord, l’affaire Publifin ensuite, la majorité PS-cdH est au tapis, et plus généralement les institutions et la politique wallonne sont dans les cordes.

Il ne reste donc rien de l’effet CETA en Wallonie

S’il fallait voter demain, non sans doute qu’il n’en resterait rien et qu’on aurait dans les urnes une vague rouge pétébiste. Et même si on vote dans deux ans comme prévu, c’est ce qui risque de se passer, car on ne peut pas dire que le bilan de la majorité s’annonce folichon. C’est là que la majorité pourrait sortir son Joker, le CETA. Et Paul Magnette a dévoilé un peu son jeu hier, après le vote il a tweeté: "Petit rappel: la Wallonie ne ratifiera pas le #CETA tant que toutes les conditions que nous avons posées n'auront pas été remplies". Ces conditions, ce sont des garanties de commissions sur le mécanisme d’arbitrage et une demande d’avis à la cour européenne de justice de la part du fédéral.

La Wallonie pourrait faire faux bon et ne pas ratifier. L’avertissement est clair…

Un seul pays vous manque et tout est dépeuplé, le traité est par terre. Si les conditions wallonnes ne sont pas remplies, on pourrait revivre dans les prochains mois, la saison 2 de “Magnette contre le reste du monde", ou mieux “Magnette versus la mondialisation libérale”. La majorité PS-cdH doit en rêver la nuit. On voit d’ailleurs mal, à part le retour providentiel du CETA, ce qui ferait sortir la politique wallonne du bourbier dans lequel elle est empêtrée...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK