Lewis Hamilton exclu du GP d'Australie

RTBF
RTBF - © RTBF

La Fédération internationale de l'automobile a décidé, ce jeudi à Sepang (Malaisie), d'exclure le Britannique Lewis Hamilton du GP d'Australie et de rendre sa troisième place à l'Italien Jarno Trulli, pénalisé dimanche.

Trulli, troisième à Melbourne après une remontée fantastique alors qu'il était parti des stands, avait écopé après la course d'une pénalité de 25 secondes, qui l'avait fait redescendre à la 12e place, pour avoir dépassé Hamilton alors que la voiture de sécurité était en piste.

"Les commissaires de course, au regard des nouveaux éléments leur ayant été présentés, considèrent que le pilote Lewis Hamilton a agi de manière préjudiciable (...) en apportant des preuves délibérément erronées aux commissaires" australiens, qui l'avaient entendu après la course, a indiqué la FIA qui n'a pas apporté d'autres précisions.

Lewis Hamilton aurait délibérément menti aux commissaires de course au moment de son audition. Lors d'une interview accordée directement après l'arrivée du Grand Prix, Lewis avait reconnu avoir reçu comme consigne de la part de son écurie, McLaren-Mercedes, de laisser passer le pilote italien. Il a ensuite livré une version totalement différente de cette "affaire" aux commissaires.

Dès lors, "Lewis Hamilton et McLaren-Mercedes sont exclus du classement de Grand Prix d'Australie 2009", classement qui est "amendé" suivant cette décision, d'après la FIA.

Au vu de ces nouveaux éléments, les commissaires "annulent la pénalité imposée à Jarno Trulli" et le "rétablissent à sa troisième place", a précisé la Fédération. 

"Justice"

Cette décision "renforce la crédibilité" de la Formule 1, s'est félicité l'Italien, qui a dit n'avoir "jamais menti". "Je voulais la justice et rien d'autre. J'ai toujours été honnête", a-t-il affirmé.

"Toutes les preuves montrent que j'ai respecté les règles. Je ne peux rien dire de plus", avait déclaré le pilote italien jeudi peu de temps avant que la décision ne soit rendue.

A l'origine de l'incident de course, le pilote Toyota a admis "être sorti de la piste" dimanche alors que la course était neutralisée. "C'était mon erreur", a-t-il rappelé jeudi.

Mais aux virages suivants, "Lewis a beaucoup freiné. Il a freiné de plus en plus. Et il s'est mis de côté. Je l'ai doublé à 80 km/h, nous étions presque à l'arrêt", a raconté Trulli.

Or "la règle dit que quand la voiture de sécurité est sortie, si une voiture ne peut aller à une certaine vitesse, on peut la doubler", a expliqué le pilote Toyota.

La déposition de Lewis Hamilton aurait été d'une autre teneur, ce qui a valu au champion du monde, ainsi qu'à son équipe, d'être exclus.

McLaren-Mercedes devait commenter plus tardivement la décision.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK