Les Flamands moins flamingants qu'on ne le croit

Qu’est ce qui préoccupe les Flamands? Que pensent-ils des gouvernements en place? Et est-ce que les habitants du nord du pays sont de plus en plus flamingants? Les résultats d’une enquête de la VRT nous permettent d’y voir un peu plus clair. 

L’enquête s’intitule "De Stemming". Elle en est à sa deuxième édition, et elle a été menée à la demande de la VRT et du Standaard par l’Université d’Anvers et la VUB. Au total, environ 2000 Flamands ont été interrogés, vers la mi-avril, soit à peu près pendant la fameuse pause de Pâques. L’objectif était notamment de mesurer la confiance des Flamands envers les dirigeants politiques, et de mieux cerner les thèmes et les problèmes qui les préoccupent. 

Premier constat: le Flamand semble être peu optimiste par rapport à l’avenir proche. A peine un tiers des sondés a confiance dans le fait qu’il y aura une relance rapide après la crise du Covid. Ils sont tout autant à penser que les gouvernements fédéral et flamand ont un plan adéquat pour sauver l’économie. Deux-tiers des personnes interrogées trouvent aussi que les autorités sont trop accaparées par la pandémie, et pas assez par la gestion de la relance. 

Insatisfaction croissante

Autre constat de l’enquête : l’insatisfaction des sondés envers les politiques menées tant au niveau fédéral que régional est en hausse par rapport à l’an dernier. Quatre Flamands sur dix indiquent ne pas être contents de la gestion des gouvernements, une gestion qui concerne donc principalement la crise du Covid. On note par ailleurs une différence du nombre d’insatisfaits selon les partis. Sans grande surprise, ils sont plus nombreux parmi les électeurs du Vlaams Belang, même si l’ensemble des formations flamandes sont concernées, avec un petit pic enregistré pour les électeurs de la N-VA et de Groen. 

Et puis, outre la satisfaction, la confiance envers les gouvernements est, elle aussi, en baisse. Plus de la moitié des Flamands avaient confiance en leurs gouvernements l’an dernier. Ils sont désormais moins de la moitié, avec une méfiance plus accentuée par rapport au gouvernement flamand. 

D’après le journaliste politique de la VRT, Ivan De Vadder, cette baisse de la confiance et de la satisfaction des Flamands est très probablement liée au contexte de la pandémie. Aujourd’hui, les gens sont en effet toujours plus nombreux à être fatigués, et à en avoir marre de la crise. 

Majorité parlementaire pour la N-VA et le VB

Pour avoir une meilleure vue d’ensemble, l’enquête de la VRT s’est également penchée sur les intentions de vote des Flamands.  

A ce niveau-là, De Stemming n’a pas vraiment enregistré de grands changements par rapport aux élections de 2019. Le Vlaams Belang resterait en effet le premier parti de Flandre, avec 6 points de pourcentage en plus par rapport au dernier scrutin. La N-VA maintient aussi sa deuxième place, malgré une baisse de 3,3 points de pourcentage. 

Viennent ensuite dans l’ordre de grandeur le Vooruit, l’Open VLD, Groen, et le CD&V qui, avec 10% des intentions de vote, et une chute de 5,4 points de pourcentage, serait le plus grand perdant si des élections devaient se tenir aujourd’hui. 

Flamingants pour autant?

D’après les résultats de ce sondage, le Vlaams Belang et la N-VA obtiendraient ensemble une majorité de sièges au Parlement flamand. Est-ce que cette hausse des intentions de vote en faveur de partis nationalistes signifie que les Flamands sont de plus en plus flamingants? Pas spécialement… 

Il est clair que la structure de l’Etat refait aujourd’hui surface parmi les plus grandes préoccupations des Flamands. Elle arrive même devant la migration, qui était encore la principale inquiétude au nord du pays en 2019. Mais si le thème communautaire de la structure étatique fait son retour, c’est notamment à cause de la crise sanitaire. Beaucoup se plaignent en effet de la dispersion des compétences. Et on pense évidemment aux fameux sept ministres en charge de la santé. 

Le besoin d’homogénéité se fait donc ressentir, mais en faveur de quel niveau ? Faut-il davantage régionaliser ou refédéraliser? Faut-il plus de Flandre ou plus de Belgique? Les résultats du sondage de la VRT sont clairs : 33% des Flamands veulent que la Belgique décide seule de tout, alors qu’à peine12% veulent que ce soit la Flandre qui gère seule toutes les compétences. Au total, environ deux-tiers des personnes interrogées voudraient que le fédéral ait plus de compétences. 

Là encore, des différences évidentes existent entre les partis. La N-VA a ainsi le plus grand nombre d’électeurs flamingants, suivie naturellement du Vlaams Belang. Mais pour tous les autres partis flamands, les électeurs penchent pour plus de pouvoirs aux mains du fédéral. Un scénario qui risque néanmoins de ne pas arriver si les intentions de vote se concrétisent lors des prochaines élections.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK