Les Coulisses des Pouvoirs - La confiture du PS-cdH-MR

Les Coulisses des Pouvoirs - La confiture du PS-CDh-MR
Les Coulisses des Pouvoirs - La confiture du PS-CDh-MR - © Tous droits réservés

L’année politique wallonne se clôture par un scandale, celui de Publifin, l’intercommunale qui gère notamment Voo et L’avenir. La mauvaise gouvernance est revenue comme un boomerang dans l’actualité...

L’année 2016 se termine malheureusement comme elle a commencé. Par un scandale. Début d’année c’était l’affaire René Tonneau, le comptable de l’Office wallon des déchets. Plus que le vol en lui même, ce qui a surpris c’est le système comptable à l’ancienne, ou le contrôlé était contrôleur. Et le pire c’est que ça paraissait normal à bon nombre de sa hiérarchie. C’était un amateurisme dans la gestion qu’on ne pensait plus possible depuis le scandale de l’Awhip, l’Agence de la personne handicapée... Il restait pourtant des cadavres dans les placards...

Puis ce fut le recul raté autour du décret décumul…

Un décret qui visait à limiter la présence de bourgmestres et échevins au parlement. Chose que ni le fédéral ni la Flandre, ni Bruxelles n’avait encore faite. La Wallonie était pour ainsi dire en pointe, mais le PS, le cdH et le MR ont joué aux apprentis sorciers, et face à l’émoi populaire ont finalement renoncé. Et enfin voici le scandale Publifin, ou des montants faramineux sont versés à des mandataires pour un travail somme toute très limité au sein de la méga intercommunale. Là aussi le scandale suscite l'émoi et une réaction politique très rapide, puisqu'un décret a été voté mercredi à l’arrachée et que ces fameux comités de secteurs très rémunérateurs ont été supprimés hier soir.

On ne peut pas dire que le politique soit resté bras ballants

On ne peut pas dire que rien a été fait et que rien n’est fait. En matière d’intercommunales, de nouvelles règles ont été votées, en matière de revenus de mandataires publics aussi. Mais il restait, là aussi, des cadavres dans le placard.

Mais ces deux derniers scandales démontrent quand même que la Wallonie n'accouche de la bonne gouvernance qu’aux forceps. Elle s’impose au PS, au cdH et même au MR, qui se retrouve dos au mur, face à une opinion publique plus méfiante que jamais. Un peu comme des gamins pris les doigts dans le pot de confiture de la réal-politique wallonne. Cette confiture c’est quoi ? C’est le cœur du problème wallon, et c’est encore pire à Bruxelles cela dit : c’est que les parlements régionaux sont dominés par les mandataires locaux. Des mandataires qui ont bien des difficultés à rationaliser et à réglementer des structures qui souvent les font vivre. Et dire qu’il y a quelques mois la Wallonie prenait un coup de frais politique avec le débat autour du CETA.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK