Le Sage et les Pygmées

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Finalement, les successions ministérielles se seront réglées le même week-end. Les présidents de parti auront joué la carte de la sécurité … politique, pour eux et les gouvernements où ils siègent. On aura même trois nouveaux ministres pour le départ tonitruant de deux.

Le profil type

On le signalait dès vendredi, le MR disposait en son sein du contraire de Jacqueline Galant : sens du consensus, personne de dialogue et de dossiers, à l’écoute, très bonne connaissance de la SNCB... François Bellot dispose de toutes ces qualités en plus (?) d'être énarque (promotion Montaigne-1988, la même que Denis Olivennes ou Nicolas Baverez). Il devrait apporter calme et sérénité dans un secteur qui en a besoin et ainsi susciter moins de sueurs froides chez son président de parti ou son Premier ministre chaque fois qu’il prend la parole ou une décision, que sa prédécesseure.

S’il est mieux taillé pour le poste que Jacqueline Galant, François Bellot est aussi ce qu’elle n’est pas sur le plan politique. A 41 ans, la bourgmestre de Jurbise pouvait se montrer un brin populiste, elle était populaire dans les sondages (devançant des Demotte ou Onkelinx dans notre dernier baromètre), récoltait des voix dans la plus grande province wallonne. Elle représentait un pari politique d’avenir pour le MR sur les terres d’un Elio Di Rupo vieillissant. Lors du prochain scrutin (2019), François Bellot aura 65 ans et est issu d’un des plus petits arrondissements électoraux (Dinant-Philippeville). Pas le renouvellement espéré pour les libéraux.

Les boutiquiers

De même en remplaçant Joëlle Milquet par sa prédécesseure à l’enseignement et par une experte en tractations politiques, Benoît Lutgen a assuré ses arrières. Mais il aura aussi remis en lumière le péché originel du gouvernement de la Communauté française (seule appellation officielle reconnue) : sa pléthore de ministres.

Pour occuper le même volume de compétences que la Flandre (9 ministres), Wallons et Bruxellois (si peu) ont besoin désormais de… 14 ministres !

Les deux nouvelles ministres cdH vont certes gérer à elles seules 70% du budget de la FWB, mais quand on sait que Jean-Claude Marcourt gère le gros paquet de l’Enseignement supérieur, cela veut bien dire que les cinq autres ministres (tous PS) gèrent des clopinettes. Avant les "cours de rien", la FWB avait en fait déjà inventé les "ministres de rien" !

Pour rappel, avec des compétences similaires, le gouvernement de la Communauté française entre 1995 et 1999, se composait de 4 ministres, dont 3 étaient aussi ministres régionaux !

La gabegie actuelle se trouve dans la volonté du PS et du cdH de recaser le plus de monde après avoir été évincé du fédéral et pas vraiment pour l’intérêt général.

En 1999, Gérard Deprez avait refusé d’entrer dans un "gouvernement de pygmées" devant l’inflation de postes ministériels décrétés par socialistes, libéraux et écologistes.

Peuple souvent victime, les pygmées ont su à travers l'Histoire rester digne. Ce serait leur faire offense à présent de les assimiler aux petits calculs politiciens de deux partis ...

 

@PhWalkowiak

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK