"Lose for life": la Loterie Nationale menace le PS de poursuites

Le PS, poil à gratter de la Loterie
Le PS, poil à gratter de la Loterie - © Tous droits réservés

C’est la "Libre" qui lève le lièvre. Les hautes instances de la Loterie n’auraient pas apprécié le détournement politique du jeu "Win for life", sorti tout droit du laboratoire com’ du parti socialiste (PS).

L’objet de mécontentement remonte à deux semaines. Le PS lance une campagne contre la majorité suédoise. Pour ce faire, il détourne un produit bien connu de la Loterie, le jeu "Win for life".

Pour rappel, il s’agit d’un billet à gratter qui permet de gagner une somme d’argent chaque mois (500, 2000, 3000 ou 5000 euros) et ce, pour le reste de sa vie.

Passé entre les mains des spécialistes du boulevard de l’Empereur,  le "Win for life" s’est métamorphosé en "Lose for life", une parodie destinée à expliquer aux Belges ce qu’ils allaient perdre, selon le PS évidement, à cause des mesures du gouvernement de centre-droit de Charles Michel.

Le concept ainsi détourné est décliné en vrais-faux billets de "Lose for life" et en capsule vidéo pour assurer la publicité sur Internet.

Loterie neutre

Las, Jannie Haek, patron de la Loterie et accessoirement étiqueté SP.A, n’a guère apprécié ce coup de com’.

Tellement peu apprécié, rapporte la Libre, que ses services ont envoyé un courrier au PS pour lui signaler que sa campagne pouvait constituer "une infraction aux droits de propriété intellectuelle de la Loterie nationale ".

Et la société publique de jeux de hasard d’encore préciser que "la Loterie nationale est un prestataire public à destination de l’ensemble de la population et dont il est de notoriété qu’il est absolument neutre d’un point de vue politique".

La Loterie invite donc fermement le PS à mettre fin immédiatement à sa campagne sous peine de poursuites juridiques.

Du berger à la bergère

Du côté du PS, on confirme la réception du courrier de la Loterie, mais aussi le refus de suspendre l’action, malgré la menace implicite de dépôt d’une plainte. Car –estime-t-on – du côté du boulevard de l’Empereur, la campagne aussi parodique soit-elle relève de la liberté d’expression, un droit dont jouissent tous les citoyens en démocratie mais aussi les partis.

Contactée par nos soins, la Loterie n’a pas souhaité faire plus de commentaires. Elle confirme bien l’envoi d’un courrier au PS, mais comme elle a pu déjà le faire par le passé, "à chaque fois que l’image de la Loterie a fait l’objet d’un détournement parodique". Rien de personnel donc.

Côté socialiste, on campe aussi sur ses positions. Affaire à suivre donc.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK