Le mot du jour : "Jungle"

Jungle, végétation dense des pays tropicaux. Jungle, qui s'est parfois écrit jongle et entre dans la langue française à l'époque de la révolution française, vient de l'anglais jungle, lui-même inspiré de l'hindou jangal et du sanskrit jangala, qui évoquent des espaces sauvages et désertiques. À l'origine ce mot désigne des plaines marécageuses de l'Inde et l'arbre y est rare. Par une extension abusive nous allons l'employer pour toutes les forêts tropicales, que l'on soit en Inde, en Amazonie, en Afrique, en Asie. Il n'y a pas de définition scientifique de la jungle,

mais notre imaginaire travaille : c'est la forêt de Tarzan où l'on se balance de liane en liane. Si nos forêts d'Europe font peur à cause du loup, la jungle avec ses serpents, ses tigres et le lion, roi de la jungle, semble plus hostile encore. Tremblez petits enfants ou vous finirez seuls dans la jungle, et ce ne sera pas aussi rose que les aventures du Mowgli de Disney. Au sens figuré la jungle est un milieu où règne la loi du plus fort. La jungle des affaires par exemple.

Les autorités françaises veulent raser la jungle de Calais

Appeler "jungle" une zone où se sont installés des réfugiés c'est exprimer la crainte que le lieu nous inspire. Une zone de non-droit où l'on ose plus s'aventurer. À Calais la jungle est faite de baraques de tôle et de bois avec ses quartiers, irakiens d'un côté, kurdes de l'autre. On y trouve, selon les estimations, de 1000 à 3000 personnes. Une majorité d'hommes seuls, mais aussi des familles. Des bénévoles y animent une école, d'autres une infirmerie. Comble de la civilisation on y arpente même une rue centrale où les plus débrouillards ont installé petits magasins ou mini-restaurants. On va s'approvisionner au centre-ville pour revendre aux voisins avec quelques euros de bénéfices. Cette jungle a tout d'une petite ville. Si Rudyard Kipling, auteur du livre de la jungle, était toujours là il nous aiderait à écrire la maxime de l'histoire. Entre celui qui fuit la guerre dans une baraque de fortune et celui qui décide de raser la jungle à coup de bulldozer, le plus sauvage des deux n'est pas celui que l'on croit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK