Le mot du jour : "Chapeau"

Chapeau,  coiffure d'homme ou de femmes, de matériau et style varié. Historiquement le chapeau est rigide et présente un rebord, deux éléments qui le distinguent du bonnet (la précision a son importance : au moyen-âge bonnetiers et chapeliers étaient deux corporations concurrentes). Accessoire de mode, le chapeau permet d'affirmer un style. Il couronne une silhouette et lui donne son allure. Forme, hauteur, couleur, matériau, le chapeau, choix personnel par excellence,  est un élément distinctif. Ainsi depuis deux semaines parlons-nous de l'homme au chapeau pour désigner l'individu filmé par des caméras de surveillance lors de l'attentat du 22 mars à l'aéroport. De cet homme qui pousse une bombe sur son charriot à bagages mais ne se fera pas exploser, au contraire des deux kamikazes qui l'accompagnent,  nous ne savons pas grand-chose. Ni identité, ni portrait-robot. Une barbichette, des lunettes, une veste beige et donc un fameux chapeau, en l'occurrence un bob de couleur bleu. Comme il ne pleuvait pas le 22 mars et que terroriste ne devait pas non plus craindre les coups de soleil, ce chapeau sert surtout à se protéger des regards.  Le chapeau de l'homme au chapeau nous aide, nous, à le suivre et l'aide, lui, à dissimuler son visage. Ce chapeau-là distingue et  cache à la fois.

Les premiers chapeaux datent de l'antiquité

Au moyen âge nous disions chapel, dont l'origine devrait être caput, la tête en latin. Panama (c’est d’actualité), stetson, bob, béret, melon, haut de forme, nous en avons connu des chapeaux...

Jusqu'à la première guerre mondiale le chapeau est un signe de reconnaissance sociale. Il faut être un ouvrier pour sortir tête nue ou préférer la casquette. L'homme au chapeau était-il le patron du commando de l'aéroport ? Dans ce cas notre chapeau serait  un couvre-chef. Nous connaissons  énormément d'expression avec chapeau : porter le chapeau (être accusé de quelque chose à la place de quelqu'un d'autre), travailler du  chapeau (ne pas avoir toute sa tête) tirer son chapeau (selon le contexte et les époques, dire au revoir ou témoigner de son admiration). Avec ce nouvel appel à témoin l'essentiel est que le travail des  enquêteurs ne se solde pas par un échec.  En d’autres termes, il leur faut retrouver le chapeau, pour ne pas se prendre une veste.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK