Le goût amer de la pilule du lendemain

La pilule du lendemain à un goût amer côté francophone. Un pilule qui montre une fois de plus que nous vivons dans un fédéralisme de confrontation.

Résumons. Les centres de planning familial qui sont financés en Wallonie par la Région wallonne considèrent dans leur mission de distribuer anonymement et si besoin gratuitement aux femmes qui en font la demande des pilules contraceptives et/ou des pilules du lendemain. Sauf, que c’est interdit par la loi fédérale.

La loi dit qu’un médicament doit être distribué dans une pharmacie et, selon les cas, prescrit ou non par un médecin. La Région wallonne, depuis 2 ans, a décidé de faire appliquer plus strictement cette loi. Les centres de planning familial sont donc sous pression et demandent que cette situation soit régularisée par une dérogation fédérale. Une dérogation soutenue par des propositions de loi du PS et Ecolo.

Les propositions ont été rejetées par la ministre de la Santé Maggie De Block qui considère qu’un médicament doit être distribué par un pharmacien sans exception. PS et Ecolo, eux, crient au scandale.

Une incompréhension déplorable

Si on cherche à comprendre ce qui justifie le rejet de Maggie De Block, on se rend compte à quel point notre organisation politique est dans un état déplorable.

Le cabinet de Maggie De Block explique d’abord qu’il n’y a pas vraiment de problème. Son cabinet explique avoir reçu l’assurance du cabinet du ministre wallon de la Santé qu’une solution serait trouvée, dérogation ou pas. Assurance que Maxime Prévot nie avoir promis. Mais là n’est pas le plus déprimant.

Pas de problème en Flandre

Le plus déprimant c’est que Maggie De Block explique que les pharmacies distribuent déjà ces pilules (mais pas gratuitement bien sûr) que c’est leur mission, et qu’elle ne voit pas sur quelle base il faudrait déroger à la règle.

C’est tout à fait cohérent comme vision... C’est même exactement ce qui se passe en Flandre où il n’existe quasiment plus de centre de planning familial.

Sauf qu’en Wallonie ,il y a près de 100 centres, dont certains implantés depuis longtemps, ils font partie de la culture de la santé publique au sud du pays. Une culture ou l’anonymat et la gratuité de la contraception garantie par les centre de planning sont considérés comme des acquis majeurs.

Donc non, elle ne voit pas ça! Elle ne voit pas que sa vision cohérente et respectable est une vision flamande et qu’en face, il y a une autre cohérence, une autre histoire, une autre vision respectable ou la contraception n’est pas qu’une simple affaire médicale.

En fait, ce qui se passe en Wallonie, pour le dire vulgairement, Maggie De Block s’en fout. Déprimant...

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir