Le Belang séduit la jeunesse flamande, et plus particulièrement les garçons

Le Belang séduit la jeunesse flamande, et plus particulièrement les garçons
2 images
Le Belang séduit la jeunesse flamande, et plus particulièrement les garçons - © Tous droits réservés

Abaisser l’âge du droit de vote à 16 ans profiterait avant tout aux extrêmes. C’est l’une des conclusions d’un sondage mené par VTM et Het Laatste Nieuws, un sondage qui révèle aussi une étonnante différence idéologique entre les filles et les garçons.

L’enquête, réalisée avec le Conseil flamand de la Jeunesse, a été menée auprès d’un millier de jeunes de 12 à 24 ans. Des jeunes qui ne sont donc pas tous en âge de voter, mais les résultats n’en sont pas moins interpellants : s’ils étaient aujourd’hui appelés aux urnes, la moitié des garçons sondés donneraient leur voix à un parti conservateur ou d’extrême droite. Pas moins de 25% d’entre eux l’offriraient au Vlaams Belang. Côté filles, la donne est tout autre, puisque près de la moitié d’entre elles opterait pour un parti de gauche, et 33% voteraient pour les écologistes de Groen.

Une différence aussi dans les positions idéologiques

Cette différence filles-garçons se ressent aussi dans la position des 12-24 ans concernant certains phénomènes de société. Les garçons sont ainsi plus nombreux que les filles à approuver l’interdiction du port du voile à l’école, ou à trouver qu’on en fait trop pour les demandeurs d’asile. Plus de 40% d’entre eux sont en outre pour l’indépendance de la Flandre, contre 25% des filles.

A l’inverse, les filles sont, elles, davantage concernées par la problématique du climat. Elles sont d’ailleurs plus nombreuses à soutenir les lycéens qui manifestent tous les jeudis. Trois quarts des répondantes se disent aussi en faveur de plus de diversité culturelle à la radio et à la télé, contre un garçon sur deux.

Comment expliquer cette différence ?

Plusieurs facteurs entrent en compte. D’après le politologue gantois, Nicolas Bouteca, les hommes, même adultes, ont généralement plus tendance à voter pour des partis radicaux et anticonformistes. On remarquera aussi qu’en Flandre, deux des figures de proue du Vlaams Belang sont parvenues à devenir des modèles à suivre pour de nombreux jeunes. Le président du parti, Tom Van Grieken, 32 ans, et son nouveau protégé Dries Van Langenhove, 26 ans, ont tous deux l’allure du gendre idéal bien propre sur soi. Le leader du groupe d’extrême droite Schild en Vrienden le dit d’ailleurs lui-même : les jeunes garçons s’identifient à lui. Chose que les filles ont apparemment plus de mal à faire.

Un succès croissant auprès des jeunes

Contrairement à d’autres partis, le Vlaams Belang a tout fait pour les atteindre. En cinq ans, il s’est offert une cure de botox en optant pour un rajeunissement de ses représentants. Sur les réseaux sociaux, le parti d’extrême droite est particulièrement actif, et multiplie les vidéos et les slogans chocs et sans tabou. Sur le terrain, il a passé une bonne partie de sa campagne à aborder les étudiants dans les écoles et dans les cafés. Résultat, aujourd’hui, la nouvelle génération de votants ne perçoit plus le Vlaams Belang comme un parti raciste, mais bien comme une formation anti-establishment. Une situation qui pourrait mener ce 26 mai à un nouveau dimanche noir, comme le prévoient d’ailleurs les derniers baromètres politiques.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK