La revue de presse : Déboulonner les statues de Léopold II, est-ce la bonne réponse ?

Et ce matin encore, à la une des quotidiens, on trouve des bustes de Léopold II…

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Est-ce la bonne réponse ?

Des bustes, des statues dégradés. Sud Presse, le Soir, De Morgen, Het Nieuwsblad, het Laatste Nieuws, de Tijd. Tous ont publié en première page une photo de statue de Léopold II maculée. Avec ce genre de titre : " Léopold II vacille de son socle ". Et figurez-vous que nos journaux ne sont pas les seuls.

Ce matin, Libération fait pareil. On trouve en une du quotidien français une statue de l’ancien monarque belge barbouillée de peinture rouge et taguée d’un grand " pardon ".

Des unes, et aussi des éditos sur ce thème.

Het Nieuwsblad par exemple, qui s’interroge sur la nécessité de déboulonner ces statues. Est-ce la bonne réponse ? Même parmi ceux qui critiquent l’héritage de Léopold II, cette question divise. Het Nieuwsblad évoque des solutions créatives, comme ce qui s’est fait en Hongrie. On a rassemblé sur une colline, juste à l’extérieur de Budapest, tous les vestiges du communisme. Les pieds de Staline sont plantés dans les prairies de l’histoire. Les pigeons adorent cet endroit.

L’histoire et ses conséquences

Aujourd’hui encore, on le sait, le racisme n’a pas disparu… Non, et de Tijd prend pour exemple le marché de l’emploi.

Nous sommes en 2020, et aujourd’hui encore, les personnes d’origine immigrées sont discriminées.

"Allez, les entreprises, faites quelque chose"

Dit de Tijd.

Fini les catalogues de bonnes intentions. Place à l’action.

Les entreprises doivent faire des efforts.

- Rechercher plus activement des employés plus diversifiés,

- Lutter plus contre les préjugés en matière de recrutement, peut-être en mettant en place des quotas.

Ce sera aussi bénéfique pour l’entreprise, qui sinon se prive d’une bonne partie des talents de la société belge.

Une manifestation en pleine pandémie

La presse revient aussi sur la manif contre le racisme.

10.000 personnes dans les rues de Bruxelles, un rassemblement par temps de pandémie, qui avait provoqué une polémique.

Et aujourd’hui, het Laatste Nieuws s’en prend à l’une des manifestantes, elle s’appelle Hannelore Goeman, il se trouve qu’elle est chef de groupe du sp.a au Parlement flamand.

Et hier, elle a expliqué qu’après avoir participé à la manif dimanche, elle prenait maintenant ses responsabilités, et qu’elle se mettait en quarantaine volontaire, ce qui lui a valu les applaudissements du parlement.

Pathétique dit le quotidien flamand. Si elle avait voulu prendre ses responsabilités, elle aurait mieux fait de ne pas se rendre à cette manif. Et même d’appeler ses concitoyens à en faire de même, en trouvant d’autres moyens plus créatifs de se faire entendre, tout en respectant les mesures contre le coronavirus.

L’éditorialiste s’offusque aussi que la parlementaire soit payée pendant 15 jours pour rester chez elle. Il dit lui-même qu’il entend déjà qu’on pourrait lui reprocher des propos populistes. Mais il persiste et signe. Bonne chance à ceux qui sont chargés du traçage. Pas sûr que Hannelore Goeman se souviennent de ses 9999 contacts de dimanche dernier.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK