La personnalité de Donald Trump en question

Faut-il s'inquiéter de la santé mentale de Donald Trump? Le nouveau président représente-t-il un danger pour les Etats-Unis, voire pour le monde ? Après la kyrielle de décisions chocs et contestées prises par le président américain ces derniers jours,  on peut en tous cas s'interroger sérieusement sur sa manière de fonctionner, lui qui doit diriger la première puissance mondiale.

Des psychiatres qui lancent l'alerte 

En décembre dernier, des psychiatres des universités de Harvard et de San Francisco ont écrit à l’ancien président Barack Obama. C'était une mise en garde : ils relevaient " des symptômes notoires de l’instabilité mentale de Donald Trump ". Les psychiatres s'inquiètent du narcissisme exacerbé de Trump qui représenterait un réel danger. Selon eux, Trump serait incapable de gouverner le pays, trop impulsif, trop centré sur lui-même. Une question qui agite aussi la presse anglo-saxonne.

Ce qui inquiète, c'est sa manière d'agir 

Cela dit, il y a quand même peu de chances qu’un jour Donald Trump accepte de se faire examiner mentalement. D’abord, il n’y a rien qui l’y oblige. Et il ne faut pas oublier non plus que quand il a été élu, il n'était pas différent de celui qu'il est aujourd'hui. C’est d'ailleurs sa personnalité qui a séduit les millions d'américains qui lui ont donné leur voix. Mais il n’empêche : les actes qu’il a posés ces derniers jours sont pour le moins interpellants. Et il ne s’agit pas ici de savoir si on est d’accord ou pas avec sa politique et ses choix. Non ce qui pose question, c’est la manière dont les choses se passent. 

Trump décide seul 

Le président américain avance seul, ou presque. Comme s’il gérait une entreprise, son entreprise immobilière en quelques sortes. Donald Trump décide avec quelques uns de ses plus proches collaborateurs, sans consulter son administration, les juristes ou même les ministres concernés. Peut-être pense-t-il qu’il est assez intelligent pour gouverner seul. Il a plusieurs fois souligné lui même qu'il est une "personne intelligente", raison pour laquelle il refuse les briefings quotidiens proposés par certains de ses collaborateurs. Il entend aussi montrer qu’il peut gouverner seul. Quand il annonce qu’il va supprimer l’Obamacare, la couverture santé pour des millions d’Américains, il ne prévient pas le ministre de la santé  et il ne propose aucun nouveau plan. D’abord il annonce, le reste suivra. C’est la même chose quand il décide de fermer les frontières de son pays aux réfugiés et aux ressortissants de 7 pays musulmans. Il annonce, puis, mis sous pression, il doit corriger le tir. Il évoque non plus des pays musulmans mais des pays dont les ressortissants se sont rendus coupables d'actes de terrorisme contre les Etats-Unis. Sauf que la liste des pays qu’il vise ne reprend pas les pays dont sont originaires les terroristes du 11 septembre. Avait-il envisagé qu'il pourrait faire les frais du principe de réciprocité appliqué par des pays dont les ressortissants sont aujourd'hui interdits d'entrée aux Etats-Unis.  Il n’avait peut-être pas imaginé non plus que la justice pourrait intervenir, que des actions en justice seraient lancées suite à ses décisions concernant les réfugiés. Même dans son camp, le camp républicain, plusieurs élus s'opposent à ses choix. D'autres sont intervenus pour essayer de mettre un terme à la cacophonie ambiante.

Les Etats-Unis ne sont pas une entreprise immobilière 

En moins de deux semaines,  Donald Trump aura au moins prouvé qu’entre gérer une société et assurer la bonne gestion d’un pays, il y a un fossé. Et qu’il n'est pas encore capable de faire les deux. Jusqu'ici, il a montré qu'il peut susciter la colère des Américains, de certains chefs d'état, des dirigeants d'entreprises, de centaines d'ONG... Il a surtout montré qu’il ne connait pas le fonctionnement des institutions américaines, ou pire,  qu’il n’en n’a que faire. Il est même peut être en train de montrer ce que craignent les psychiatres américains : qu’il pourrait être un danger pour les Américains et pour le monde. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK