La N-VA "s'exclut elle-même" d'un futur gouvernement, assure Paul Magnette (PS)

Le président du PS Paul Magnette a jugé jeudi que Bart De Wever, par ses attaques verbales ces derniers jours, avait "tout fait pour ne pas être désigné informateur" par le Roi, qualifiant une nouvelle fois la N-VA de "dangereuse" car "elle veut la fin de la Belgique et de la Sécurité sociale".

Invité sur le plateau de Jeudi en prime (RTBF), le Carolo a dans la foulée vivement dénoncé "les provocations et les injures" proférées ces derniers jours par le leader nationaliste qui "le fait uniquement pour se faire pousser de la table" des négociations, afin de ne pas devoir assumer son refus de monter dans un attelage fédéral, selon lui.

Interrogé pour savoir s'il excluait lui-même de gouverner aujourd'hui avec la formation nationaliste, Paul Magnette a répondu que la N-VA, par son attitude actuelle, "s'exclut elle-même" d'un futur gouvernement fédéral.


►►► À lire aussi : La N-VA veut-elle vraiment monter dans un gouvernement fédéral ?


L'ancien informateur royal est également revenu sur sa mission, qui s'est achevée en début de semaine.

Paul Magnette a à cet égard réfuté avoir voulu mettre le CD&V de côté, comme le parti a semblé lui reprocher. Les chrétiens-démocrates flamands ont été consultés lors des trois premiers tours de discussions qu'il a menés durant le mois de novembre.

Mais "au quatrième tour de discussions, le CD&V a dit qu'il n'avait pas de mandat" (pour négocier), a déploré le président du PS.

Il a également démenti qu'il ait cherché à former un simple arc-en-ciel (réunissant libéraux, socialistes et écologistes du nord et du sud du pays). Celui-ci n'aurait pu s'appuyer que sur une majorité -très courte- de 76 députés (sur 150), a-t-il rappelé.

Dès le début, l'idée était donc qu'il fallait élargir cette majorité.

Quant au travail mené depuis mardi par ses successeurs Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens, le président du PS a affiché ses meilleures dispositions. "Je vais rester constructif pour qu'on puisse apporter des solutions".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK