La grève est reconduite dans toutes les prisons de Wallonie et de Bruxelles

La prison de Forest
La prison de Forest - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

La réunion de ce jeudi matin entre les organisations syndicales des agents pénitentiaires et le ministre de la Justice a tourné court. Les bourgmestres de Forest et Saint-Gilles se disent, eux, "exaspérés" par la "non-gestion des prisons".

La CGSP dénonce le fait qu'aucune proposition, aucune ouverture n'ait été faite du côté du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) présent.

"Nous n'avons rien obtenu", déclare Michel Jacobs de la CGSP. Le ministre campe sur la volonté de réduire le budget emploi de 10%. Dans ces conditions la grève se poursuit affirme Michel Jacobs. "On ne peut pas assurer la sécurité avec moins de personnel".

"Nous avons quitté la table des discussions", explique de son côté Laurence Clamar pour la CSC. "Nous n'avons rien obtenu : aucune promesse, aucun engagement. C'est déplorable. Ce manque de considération ne peut que renforcer le mouvement de grève".

Grève reconduite

La grève a été reconduite dans toutes les prisons francophones, Wallonie et Bruxelles, y compris celle de Nivelles. Les agents ne sont pas prêts de rentrer, assure Laurence Clamar (CSC). La grève devrait donc se poursuivre dans les jours qui viennent.

Même son de cloche du côté de la CGSP. Michel Jacobs affirme que la grève pourrait durer jusqu'à lundi au moins. Une nouvelle rencontre, dit-il, avec le ministre et l'administration pourrait avoir lieu lundi après-midi.  En Flandre, par contre pas de grève, mais la CSC consulte et explique à ses affiliés le manque de résultats obtenus ce jeudi.

A la réunion avec le ministre Geens, Seuls des engagements ont été pris en matière de terrorisme, d'après le syndicat chrétien, qui estime que la réponse apportée au manque d'effectifs au sein des prisons est largement insuffisante. Alors qu'il manquait déjà 500 agents pénitentiaires au niveau national pour assurer les services dans les prisons selon la CSC Services public, le personnel a été réduit de 286 personnes en 2015. L'effectif total des agents devrait être réduit de 10% d'ici 2018, d'après le syndicat chrétien.

Les bourgmestres de Forest et Saint-Gilles "exaspérés" par la "non-gestion des prisons"

Les bourgmestres de communes de Forest et Saint-Gilles, Marc-Jean Ghyssels et Charles Picqué, se disent jeudi soir "exaspérés par la non-gestion de la situation dramatique vécue dans les prisons", à l'origine, selon eux, du mouvement de grève actuel dans les établissements pénitentiaires.

Ces grèves des gardiens ont déjà mobilisé "pas moins de 132 policiers locaux", appelés à suppléer les grévistes, selon les deux édiles.

La mobilisation de ces agents locaux dans les prisons établies dans ces deux communes se ferait aux dépens de la protection des populations locales, alors que la Belgique vit toujours à un niveau 3 de menace terroriste.

"Des opérations doivent être annulées, les policiers sont moins présents dans les quartiers et des enquêtes sont mises en standby", dénoncent MM. Ghyssels et Picqué dans un communiqué.

Or, "le gouvernement fédéral n'a pris strictement aucune mesure structurelle visant à remédier à l'envoi de policiers locaux dans les prisons", ajoutent les deux bourgmestres socialistes pour qui "les économies linéaires imposées par le gouvernement fédéral à tous ses départements ont plus qu'atteint leurs limites".

Ceux-ci réclament dès lors d'urgence des actes et des moyens structurels du gouvernement fédéral au bénéfice de la justice, la sécurité et les prisons.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK