La Flandre, aussi laide que certains aiment prétendre ?

La Flandre est-elle aussi laide que certains le prétendent? Que reste-t-il des jolis paysages peints par les grands maîtres flamands? C’est à ces questions que deux journalistes de la VRT ont tenté de répondre. 

Durant plus d’un an, le journaliste Jos Vandervelden et le photographe Alexander Dumarey ont sillonné la Flandre pour retrouver les paysages que les grands peintres flamands avaient considérés, il y a quelques siècles, comme dignes de figurer sur leurs toiles. L’objectif de leur projet intitulé ‘Op reis met Vlaamse meesters’ (Voyage avec les Maîtres flamands) était de comparer les œuvres avec ce qu’il reste aujourd’hui de ces panoramas.  

Chaque semaine, le site de VRT NWS a ainsi présenté une peinture accompagnée d’une photo récente du même endroit. La comparaison révèle souvent un changement drastique, lié tantôt à l’urbanisation, tantôt à un phénomène climatique.  

Quelques exemples 

Saviez-vous qu’à la fin du 16ème siècle, on pouvait patiner sur l’Escaut? La scène peut paraître incroyable, mais elle est pourtant vraie. Elle a été peinte avec beaucoup de réalisme par l’artiste baroque Lucas Van Valckenborch à l’époque où Anvers se trouvait encore dans les Pays-Bas espagnols. Aujourd’hui, difficile de croire que l'Escaut pourrait encore geler.  

Autre phénomène météorologique, plus grave cette fois: l’inondation de la ville de Louvain en 1891. La Dyle avait alors débordé et l’eau était montée jusqu’à 2 mètres de haut, endommageant des milliers d’habitations. L’événement a été peint par le Bruxellois Constantin Meunier. En ce même lieu, désormais, la Dyle ne ressemble plus qu’à un petit cours d’eau.  

Toujours au 19ème siècle, Henri Permeke a, en une seule image, mis en lumière la métamorphose de la Côte belge. Son oeuvre "Bateaux de pêche sur la plage de Heist" témoigne de la lutte d’un village contre les forces de la nature. Il révèle aussi le développement des constructions en briques.  

Facteurs historiques 

Ces constructions n’ont d’ailleurs jamais vraiment cessé de progresser. Et selon le journaliste de la VRT, c’est elles qui aujourd’hui sont prises pour exemple pour illustrer la laideur présumée de la Flandre. 

Dans un article qui vient clôturer son travail, Jos Vandervelden conclut que le paysage du nord du pays a en grande partie été défiguré. La situation s’explique avant tout par des facteurs historiques. Dès le 11ème siècle, des activités économiques intenses se sont développées aux abords des cours d’eau. Le territoire a depuis connu le développement de l’agriculture, de l’industrie lourde et textile, des exploitations minières et des activités portuaires.

Ces dernières années, les gouvernements ont tenté d’inverser la donne en adoptant des politiques de reboisement. Un "stop au béton" d’ici 2040 avait également été décrété lors de la dernière législature. Mais ces mesures sont restées lettre morte. Le Betonstop a fait place à un "bouwshift", un concept bien plus vague qui fait tout bonnement disparaître l’interdiction de construire de nouvelles bâtisses. Quant à la reforestation, elle s’est jusqu’à présent soldée par un échec.  

Zéro valeur esthétique?  

D’après Jos Vandervelden, dire que la Flandre est laide témoigne toutefois d’une forme de paresse, ou de malhonnêteté. Il est vrai que ceux qui la parcourent en voiture ou en train ne verront que des champs carrés et monotones, des gros commerces, des villas ou des zones industrielles. Il suffit cependant de se balader à pied ou à vélo pour découvrir de vraies petites merveilles.  

Le journaliste évoque plusieurs exemples méconnus, dont le ‘Connecterra’. Cet ancien charbonnage de Maasmechelen offre aujourd’hui un incroyable panorama de lacs et de collines à travers lesquels il est possible de faire longues randonnées.  

A Demerbroeken, dans le Brabant flamand, c’est entre marais et prairies bucoliques que vous pourrez vous promener et observer les oiseaux sur une zone naturelle de plus de cent hectares.  

Dernier exemple: le canal de Damme, où vous pourrez vous balader le long des canaux parsemés de majestueuses haies d’arbres, de moulins et de châteaux. Des paysages qui vous convaincront peut-être que non, la Flandre n’est finalement pas aussi moche qu’on peut le croire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK