La Flandre a peur

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

… et elle se racrapote sur elle-même. Plutôt que dresser des digues face à la montée des eaux due au réchauffement climatique, cette Flandre-là entend d’abord se préserver de migrants le plus souvent de passage, voire de chômeurs alors que la Flandre est quasi en plein emploi !

Marrakech

La N-VA retrouve la ligne affirmée lors des débats liés au Pacte de l’ONU sur les migrations, adopté à Marrakech et qui a provoqué la chute du gouvernement Michel.

Après avoir remis au goût du jour le confédéralisme, après avoir pris des accents très néolibéraux, la N-VA reprend ses oripeaux migratoires. Face à la montée du Vlaams Belang, c’est donc la consécration de la ligne Francken. L’ex-secrétaire d’État fut l’une des rares figures du parti à tirer son épingle du jeu lors du dernier scrutin et le partisan d’un rapprochement avec le Vlaams Belang.

La N-VA a imposé à la nouvelle majorité les options en matière de migration qu’elle portait déjà alors qu’elle siégeait au fédéral, sans pouvoir les concrétiser. Bart De Wever semble convaincu que si son parti a lâché du lest aux élections, c’est parce qu’il n’a pu garder l’option choisie au moment du " pacte de Marrakech ". Il espère à présent corriger le tir en rangeant la Flandre dans le camp radical en matière de migration.

Identité

Réduire l’accès et affirmer ses valeurs " nationales ". De la Pologne à la Hongrie, en passant par l’AfD allemande ou le FvB de Thierry Baudet, un vent identitaire souffle en Europe. D’ailleurs au Parlement Européen, la N-VA siège dans le même groupe que le PiS polonais, le FvB néerlandais, Vox espagnol, l’extrême-droite suédoise ou Fratelli d’Italia.

Le gouvernement flamand est à présent dirigé par un ancien Vlaams Blok, habitué de réunions de nostalgiques du Front de l’Est. La N-VA laisse le portefeuille de l’intégration aux libéraux pour s’attacher la Culture et l’Enseignement. Cela figure en toutes lettres dans l'accord de gouvernement: la Culture doit servir à renforcer l'identité flamande. Dans sa note préparatoire, Bart De Wever demandait que l’on fixe un " canon flamand ", sorte de catalogue de ce qui forge l’identité flamande et qui serait dispensé dans les écoles et aux immigrés.

Pour préserver cette identité, le nouveau gouvernement flamand pourra compter désormais sur un ministre de la Justice et de la réelle application des lois (handhaving). Et pour garantir que personne ne viendra interférer dans la mise en œuvre de cette vision, la Flandre se retire de UNIA, organisme géré fédéralement.

Dans ce nouveau tableau politique flamand, le CD & V et l’Open VLD se voient réduits à un rôle de simple supplétif.

La Flandre vient de s’enfermer derrière ses volets. Clos.

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK