"La F1 peut se passer de Ferrari"

RTBF
RTBF - © RTBF

Max Mosley a prévenu: La Formule Un peut se passer de Ferrari si l'écurie italienne venait à se retirer pour protester contre la limitation des budgets.

Dans une interview publiée samedi par le Financial Times, le président de la Fédération internationale de l'Automobile (FIA) affirme qu'il est engagé dans une lutte avec certaines écuries pour le contrôle de la Formule Un et qu'il est bien déterminé à remporter cette bataille. Max Mosley souligne qu'il ne reviendra pas sur l'autorisation donnée aux écuries de concourir à partir de 2010 avec un budget limité à 40 millions de livres sterling (environ 45 millions d'euros) en échange d'une plus grande liberté technologique. Les écuries qui refuseront cette limitation budgétaire devront respecter toutes les contraintes technologiques imposées par le règlement.

Cette décision a été accueillie favorablement par des investisseurs prêts à créer de nouvelles écuries et par les équipes indépendantes. Elle est en revanche mal perçue par certains grands constructeurs aux fortes capacités d'investissement.

Selon Max Mosley, la limitation des budgets est "le développement le plus important, et de loin, dans ce sport depuis que j'y suis impliqué".

Luca di Montezemolo, président de Ferrari, a cependant écrit au président de la FIA cette semaine pour le mettre en garde contre une Formule Un à deux vitesses, qui serait "fondamentalement inéquitable et peut-être même partiale".

Montezemolo a ajouté que la présence de Ferrari en F1 ne devait pas être considérée comme acquise.

 

"Je suis moi-même passionné et Ferrari est passionnée mais toutes les histoires ont une fin", a dit Mosley, cité par le site officiel de la Formule Un (formula1.com).

Ferrari est présente en F1 depuis le premier championnat du monde en 1950. Elle a remporté huit des 10 derniers championnats du monde.

"Ce sport peut survivre sans Ferrari", a assuré Mosley. "Ce serait très très triste de perdre Ferrari. C'est l'équipe nationale italienne."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK