La coalition anversoise de Bart De Wever sous haute tension

L’Open VLD restera-t-il dans la coalition anversoise du bourgmestre N-VA, Bart De Wever ? La question se pose alors qu’une querelle a éclaté entre les deux partis au sujet de la désignation d’un nouvel échevin libéral.

Bart De Wever ne cache pas son irritation envers les libéraux flamands qui, d’après lui, veulent provoquer une crise au sein du collège anversois des échevins. A ses yeux, c’est "un petit cirque", qui commence à sérieusement lui taper sur le système.

Mais d’où viennent toutes ces tensions, trois ans après le début de la législature ? Il faut savoir qu’en 2018, lors de la formation de la coalition anversoise entre la N-VA, l’Open VLD et le Vooruit, il avait été convenu que les libéraux flamands n’auraient qu’un seul échevin, et qu’à mi-chemin, soit en 2022, ils obtiendraient un échevin supplémentaire, aux dépens du Vooruit qui passerait, lui, de trois à deux échevins.

Alors que le 1er janvier approche, le nom du député flamand Willem-Frederik Schiltz a été avancé par l’Open VLD pour cette place qui doit se libérer. Mais c’était sans compter la désapprobation des nationalistes flamands.

Depuis, Schiltz est au cœur d’une confrontation ouverte entre le président de la N-VA et le président de l’Open VLD, Egbert Lachaert. Ces derniers jours, les deux hommes n’ont cessé de se lancer des piques et des avertissements par médias interposés.

Un élu "trop écolo"

Pourquoi ce manque d’enthousiasme de la N-VA envers la désignation de Willem-Frederik Schiltz, alors que c’était à l’origine prévu par l’accord de coalition ?

Ce n’est pas tant l’attribution d’un poste d’échevin aux libéraux qui pose souci aux nationalistes flamands, mais plutôt la personnalité de Willem-Frederik Schiltz. Le chef de file des libéraux au Parlement flamand est notamment connu pour ses positions écologistes, et sa volonté d’accorder moins de place aux voitures et plus d’espace aux cyclistes, ce qui est loin de plaire au parti de Bart De Wever.

On craint aussi qu’il ne se mette trop en avant, et que lui et son parti ne se profilent comme des éléments forts de la coalition anversoise.

Enfin, il ne faut pas l’oublier : la relation entre l’Open VLD et la N-VA s’est fortement détériorée depuis qu’au fédéral, le premier a décidé de former un gouvernement sans le second. Une démarche vécue comme une trahison par Bart De Wever, une trahison qu’il n’a toujours pas digérée.

Quel impact pour la coalition anversoise ?

Beaucoup se demandent si les libéraux finiront par quitter la coalition, ou même s’ils en seront exclus. Une telle issue serait d’ailleurs plutôt aisée pour la N-VA, qui n’a en soi pas besoin de l’Open VLD pour assurer sa majorité à Anvers. Les socialistes du Vooruit, eux aussi, en tireraient parti, puisqu’ils garderaient leurs 3 échevins et y gagneraient donc en visibilité.

Mais ce scénario est aussi à double tranchant. De Wever pourrait en effet perdre son principal argument contre l’Open VLD en faisant à son tour preuve d’un manque de fiabilité.


►►► A lire aussi : Bart De Wever, bientôt la fin de l’Histoire ?


On notera aussi que les répercussions sur d’autres niveaux du pouvoir valent dans un sens comme dans l’autre : alors que le bouclage du ring d’Anvers a atteint sa vitesse de croisière, le bourgmestre n’a pas vraiment intérêt à se mettre à dos la ministre flamande de la Mobilité, en l’occurrence la libérale Lydia Peeters.
 

Schiltz a-t-il encore ses chances ?

La seule certitude aujourd’hui, c’est qu’il y aura du changement en janvier 2022. Mais est-ce que ce sera avec ou sans Schiltz, voire avec ou sans l’Open VLD, c’est l’avenir qui nous le dira.

En attendant, Bart De Wever a promis qu’il irait cette semaine prendre un café avec Willem-Frederik Schiltz. Pour beaucoup, cette rencontre ne lui ouvrira pas pour autant les portes du collège anversois des échevins, car pour y accéder, le député libéral doit recueillir suffisamment de signatures des partenaires de la coalition que sont – on le rappelle – la N-VA et le Vooruit.

L’affaire est donc à suivre, mais il ne faudra pas s’étonner si dans les semaines ou les mois à venir, on assiste à un changement de coalition au sein de la plus grande ville du pays.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK